Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Sarthe Don du sang : "Le département a une importante marge de progression"

0 15.03.2013 16:19
Les Sarthois représentent 15 % de la population des Pays de la Loire mais seulement 11 % des dons.

Les Sarthois représentent 15 % de la population des Pays de la Loire mais seulement 11 % des dons.

Photo "Le Maine Libre"

L’Union des associations pour le don du sang de la Sarthe poursuit ses efforts de promotion. À la 84e place du classement national, le département tente de rattraper son retard.

Daniel Van Meyel, 64 ans, préside l’Union départementale des associations pour le don du sang bénévole depuis 2006.

La Sarthe manque-t-elle d’adhérents participant à l’organisation des collectes ?

Leur nombre a doublé depuis 2011. Nous sommes 150, répartis en 13 associations. En deux ans, quatre structures ont été lancées : au Grand-Lucé, Cérans-Foulletourte, Bonnétable et Sainte-Jamme-sur-Sarthe. D’autres créations sont en cours : comme à Vibraye ou à Loué. Mais nous partons de très loin… Pour En Mayenne, il y a 25 associations analogues et 50 dans le Maine-et-Loire.

Le département est-il un mauvais élève ?

Disons plutôt que la Sarthe a une marge importante de progression. Elle est autosuffisante avec 20 000 poches de 450 ml de sang collectées par an. Mais ces dernières peuvent être utilisées n’importe où en fonction des besoins. Les Sarthois représentent 15 % de la population des Pays de la Loire mais seulement 11 % des dons. Dans le classement national établi en fonction du nombre d’habitants, le département est 84e, et dernier de sa région. La Vendée est en première place avec 30 000 poches.

Vos efforts sont donc vains ?

Non, il y a d’autres éléments à prendre en compte qui ne nous sont pas imputables : l’Etablissement français du sang (EFS), seul établissement public habilité à en collecter, a besoin de bénévoles locaux mais aussi de médecins. Des collectes ont été différées ou annulées l’année dernière à cause du manque de médecin.

Propos recueilli
par Emeline DEVAUCHELLE

Renseignements : 02-43-39-94-94

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.