Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Sarthe Barrages : le ministère de l’Écologie lâche du lest

0 30.05.2013 17:40
Le moulin de la Barbée à Bazouges, un des barrages sur la « liste noire ».

Le moulin de la Barbée à Bazouges, un des barrages sur la « liste noire ».

Photo "Le Maine Libre"

Les récentes déclarations de la ministre de l’Écologie sur le devenir des barrages sont-elles de nature à rassurer les propriétaires de moulins sarthois, dans le collimateur depuis plusieurs années de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema) ?

Le 22 mai dernier, à l’Assemblée nationale, Delphine Batho assurait que les projets de destruction des barrages devaient être instruits avec discernement au plan local. Manière, faisait d’ailleurs remarquer la députée de la 1re circonscription Françoise Dubois qui avait interpellé la ministre sur ce sujet, « de mettre fin à la logique aveugle de suppression des ouvrages au nom de la continuité écologique ».

Et la ministre de préciser qu’une nouvelle doctrine devait être élaborée en la matière. Elle recommandait de traiter les projets avec « finesse » et « discernement ».

Rappelons que l’Onema, disposant d’un budget de 110 millions d’euros, avait été sévèrement touché au cœur en février dernier par un rapport de la Cour des comptes faisant apparaître de nombreuses irrégularités constitutives d’infractions pénales. 

À l’association de sauvegarde des moulins et rivières de la Sarthe qui a souvent su se faire entendre sur le sujet, Jean Weil, délégué du bassin Loir, par ailleurs propriétaire du moulin de la Barbée à Bazouges, un des dix-neuf moulins sur la « liste noire », préfère la prudence, citant l’exemple de la suppression des restes d’un déversoir au moulin Neuf de Bazouges.

« Il est impensable de gérer ça au coup par coup, dit-il. Il faut considérer un bassin dans son ensemble, sachant que la suppression d’un élément a forcément des conséquences sur les autres. Et surtout maintenir un certain niveau d’eau, c’est assurer la préservation des milieux humides. »

Philippe LAVERGNE

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.