Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Sarthe A la boucherie chevaline : « Notre viande, on sait d’où elle vient »

5 15.02.2013 08:42
Michel et Chantal Collet gèrent la dernière vitrine du département exclusivement spécialisée dans la boucherie chevaline.

Michel et Chantal Collet gèrent la dernière vitrine du département exclusivement spécialisée dans la boucherie chevaline.

Photo « Le Maine Libre », Hervé Petitbon.

A Fresnay, Michel et Chantal Collet vendent du cheval depuis 39 ans. Jamais de bœuf.

Rue Bailleul, en plein centre-ville du vieux Fresnay, Michel Collet vient de garer son camion. Tournée terminée ! Ce matin, une nouvelle fois, il s’est levé à trois heures pour charger le frigo mobile : « C’est 18 communes par semaine plus un marché, celui de Beaumont. Moi je suis au volant alors que ma femme est à la caisse, au magasin. La semaine, chez nous, c’est 110 heures de boulot chacun. Pour travailler le cheval, faut pas être fainéant. »

« Je n’ai pas besoin de trader pour écouler ma viande »

Michel et Chantal Collet et leur vitrine sont les derniers survivants d’une race qui s’est éteinte au fil des années. Celle des bouchers chevalins. Le boulot, ils connaissent.

La traçabilité aussi. Alors l’affaire de la viande de cheval retrouvée dans des lasagnes de bœuf, Michel et Chantal, cela les ferait presque rire. Pour eux, ce genre d’accident est devenu quasiment inévitable. Michel tape du poing sur l’étal : « Ce sont des pratiques de voyous. Vous pouvez m’expliquer, vous, pourquoi ils ont besoin de traders boursiers pour écouler leur viande. Ils s’en foutent de la provenance. Ce qui compte, pour eux, c’est uniquement le fric ».

« Attaquer un bœuf ou un cheval, c’est très différent »

Mais le couple a confiance. Au-dessus de la machine à découper le jambon, dans la boutique, un slogan invite le client à découvrir toutes subtilités de la spécialité locale : « Mangez du cheval, vous gagnerez au tiercé », promet l’affiche.

Plus sérieusement, le couple de bouchers chevalins avance d’autres arguments pour vanter ses mérites : « Quand t’es boucher, attaquer un cheval ou un bœuf, ce n’est pas du tout la même chose. T’as beau avoir les mêmes outils, les mains sont différentes. le cheval, c’est vraiment une profession. C’est dommage que certains la galvaudent. »

Michel achète lui-même ses trotteurs, des trotteuses de préférence, à ses fournisseurs de la région : « J’en ai une dizaine de fidèles, répartis sur l’Orne, la Mayenne et la Sarthe et je leur achète deux ou trois chevaux par mois. Ils sont abattus à Alençon et c’est moi qui les découpe. La viande de cheval, quand c’est bien travaillé, c’est beaucoup plus fin et beaucoup plus tendre que le bœuf. »

Michel et Chantal vivent de leur art depuis 1974 : « Mais moi », poursuit Michel, « j’ai été formé par mon père, qui était boucher chevalin à La Flèche. Avec mes deux frères Thierry et Hubert, nous avons appris dès l’âge de 14 ans toutes les subtilités de la découpe ».

« Faire manger du cheval à un Anglais, c’est pas facile »

Aujourd’hui, les clients de Michel et Chantal ne changeraient de bouchers ni de viande pour rien au monde. « Dans notre domaine, on doit pas être mauvais puisque des gens viennent de Lyon et même de plus loin pour passer commande. On a même des clients anglais. Et je vous assure, pour faire manger du cheval à un Anglais, faut pas passer par la Roumanie. À moins de tricher. Mais ça nous, on ne sait pas faire ».

Chantal et Michel Collet vont bientôt décrocher des esses : « On voudrait transmettre notre affaire. Mais le cheval, c’est du boulot et les repreneurs ne se bousculent pas. Je vais avoir 60 ans et j’ai l’impression que je n’en ai pas encore fini avec mes trotteurs. Quand on aime… »

Jean-Benoit GAYET

 

 

Commentaires (5)

cheval
danbar72 ven, 15/02/2013 - 14:45

mrs du maine libre veuillez recoir votre article en premiere page qui dit ils ne vendent que de la viande de cheval mais sur la photo c'est marquer charcuterie ( porc) volaillles et et porc; votre photo est contracditoire

La traçabilité
Daniel ven, 15/02/2013 - 14:41

Cette boucherie chevaline ne vend pas que du cheval, vous avez d’excellentes tripes maison et bien d’autre bons plats ou terrines.
L’accueil est très sympathique, dommage qu’il y a du cheval, animal fabuleux, que je préfère voir dans les champs, mais pas dans les champs de la commune voisine direction Beaumont, dont ils sont destinés à l’abattoir, et plus ou moins bien traités ! Faut pas aimer les animaux pour pratiquer ce boulot.
Mais vaut mieux manger du cheval que du foie gras, qui n’est autre que du foie malade (de la merde), par une surdose de gavage, de torture des animaux.
Bien sûr que Mr & Mme Collet savent d’où vient la viande qu’ils vendent, mais ce n’est pas pareil pour tous, car la traçabilité n’excite pas, c’est absolument faux, les truands peuvent vendent un steak d’un autre animal, et c’est incontrôlable.
Je conseil à tous cette boucherie, même si vous ne mangez pas de cheval.

Je dois vous avouer qu'à ...
phuthanhdanh1 ven, 15/02/2013 - 17:18

...partir de 1991 , je ne consommais plus de viande chevaline .Possédant une pouliche depuis cette date , pour moi , c'est adios la viande chevaline quelque soit sa qualité nutritive .Pourtant , j'ai des poules et des canards et je les consomme comme tout le monde. Il y a des choses que je ne peux pas m'expliquer .

OK
RASPOUTINE ven, 15/02/2013 - 11:27

OUI, le cheval est très bon et bien moins gras que le boeuf.
et puis il est nourri sainement .
pas d'ensilage , pas de produits phytosanitaires à outrance.
et dans le Nord le summum des frites, c'est de les cuire dans l'huile de cheval,
"incomparable".

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.