Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Le Mans Chirurgie sous hypnose : "Dissocier l'esprit du patient de son corps"

1 10.03.2014 08:07
Le docteur Thi Maï Bernemann pratique l’hypnose médicale à l’hôpital du Mans. Photo "Le Maine Libre", Denis Lambert

Le docteur Thi Maï Bernemann pratique l’hypnose médicale à l’hôpital du Mans. Photo "Le Maine Libre", Denis Lambert

Le docteur Thi Maï Bernemann, médecin anesthésiste, pratique l’hypnose médicale à l’hôpital du Mans depuis trois ans. Elle explique comment fonctionne cette technique et à quels cas elle peut s'appliquer.

Quelles sont les opérations pratiquées sous hypnose à l’hôpital du Mans ?
Les endoscopies digestives, des opérations de la thyroïde et d’autres gestes superficiels. L’hypnose médicale peut aussi être utilisée à la maternité pour faire patienter en attendant la réalisation d’une péridurale. Elle peut être utilisée de manière plus discrète au quotidien  pour favoriser le confort péri opératoire (pose de perfusion, pose de cathéter, mise en condition avant l’anesthésie générale…). Nous proposons l’hypnose dans des situations que nous maîtrisons parfaitement avec des moyens classiques d’anesthésie.
En quoi consiste l’hypnose ?
Lors d’une séance d’hypnose, nous dissocions l’esprit du patient de son corps pour qu’il soit focalisé sur quelque chose de plus agréable que les examens ou les soins douloureux. Durant une transe hypnotique, le patient se trouve dans un état de conscience modifiée. Il ne s’agit pas d’un sommeil mais d’un état comparable à une rêverie. Lors d’une opération, j’essaie de détacher le patient de ce qui se passe autour de lui, de l’emmener dans un endroit plus agréable.
Cela demande de créer un lien avec le patient ?
Bien sûr. On ne fait pas de l’hypnose sur quelqu’un mais avec quelqu’un. Pour que cela fonctionne, il faut une personne motivée et créer une alliance avec le patient.
Comment procédez-vous?
Si un patient est jugé éligible pour une intervention sous hypnose par le chirurgien et qu’il est motivé,  je le reçois en consultation avant l’opération. Nous préparons tout comme s’il s’agissait d’une anesthésie classique. Puis je l’aide à choisir le thème de sa transe hypnotique. Pour certains, ce sera revivre un voyage, pour d’autres ce sera un souvenir d’enfance, un moment passé avec quelqu’un… Je fais remplir au patient un questionnaire précis pour recueillir des détails concernant l’événement : les lieux, les personnes présentes, l’époque de la vie, la météo. Parfois, il faut que je me documente pour restituer l’univers…
Le patient reste-t-il maître de la situation ?
Bien sûr, même si une partie de l’esprit de la personne part ailleurs, une partie de son esprit reste présente, ce qu’on appelle d’ailleurs « l’observateur caché ». Je communique avec lui durant l’intervention soit par un « signaling » établi à l’avance ou en parlant tout simplement. J’explique toujours aux patients que nous sommes tout à fait capables de nous adapter à la situation, d’augmenter les doses d’anesthésie locale ou d’antalgiques intraveineux voire d’effectuer une anesthésie générale. Tout est prêt pour cette éventualité. Depuis 3 ans que je pratique l’hypnose à l’hôpital, je constate qu’il est exceptionnel d’avoir besoin de passer à l’anesthésie générale lors d’une séance d’hypnose.
Quels sont les avantages de l’hypnose médicale ?
Seule ou couplée à des antalgiques intraveineuses plus éventuellement à une anesthésie locale, l’hypnose médicale inhibe les centres cérébraux impliqués dans la nociception et abaisse le niveau de perception de la douleur. Cette méthode permet donc dans certains cas d’éviter le recours à l’anesthésie générale ou, dans les cas où l’hypnose est utilisée avant une anesthésie générale,  de diminuer sensiblement les doses des médicaments et les effets secondaires de certains d’entre eux. Mais ce que je trouve le plus impressionnant, c’est  la satisfaction des patients  pris en charge par l’ hypnose,  ils se sentent mieux accompagnés par le personnel médical car l’aspect humain est mis en avant.
Cette technique fait-elle des émules ?
Oui, même si nous sommes toujours confrontés au scepticisme de certains, aux contraintes organisatrices et au fait que l’hypnose n’est pas adaptée à toutes les situations. L’hypnose est une technique qui est pratiquée au sein de l’établissement depuis au moins 15 ans et actuellement, nous sommes une dizaine, médecins et infirmières, à pratiquer l’hypnose dans différents services. Le personnel du bloc, surtout les infirmiers, est très ouvert à cette technique. Nous prévoyons de mettre en place une formation interne pour pouvoir sensibiliser et former un maximum de personnes. L’hypnose médicale notamment dans le contexte de la douleur aiguë et chronique est en plein essor depuis quelques années dans le monde entier, mais il reste encore du chemin à parcourir.

Propos recueillis
par Isabelle JULIEN

 

Découvrez le témoignage saisissant de Françoise, qui a subi une opération de la thyroïde sous hypnose à l'hôpital du Mans, dans "Le Maine Libre" de ce lundi 10 mars.

Commentaires (1)

HYPNOSE
cossurelle.eric lun, 10/03/2014 - 18:29

BONJOUR POURQUOI UTILISER L'HYPNOSE POUR LA PéRIDURALE alors qu'il est si simple de pratiquer l'accouchement sans douleur grâce a l'hypnose?

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.