Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Salon de l'habitat Anne G : "Relooker ses meubles c’est une histoire de femmes"

2 16.03.2013 06:47
Anne Gallet adore « relooker » les meubles: « Cela redonne un coup de jeune à la maison et à ses propriétaires ».

Anne Gallet adore « relooker » les meubles: « Cela redonne un coup de jeune à la maison et à ses propriétaires ».

Photo "Le Maine Libre", Denis Lambert

Anne Gallet, « Anne G » de son nom d’artiste, sera l’une des attractions du Salon de l’habitat qui a débuté vendredi. Son job : « relooker » les meubles et les cuisines chez les particuliers.

« J’ai toujours aimé toucher les meubles, les caresser, changer leur couleur. Toute petite, j’avais toujours un exemplaire de « Modes et Travaux » à portée de mains. » Pour évoquer sa passion, Anne Gallet remonte immédiatement le fil du temps pour dérouler celui de son enfance. 

Peindre du chêne en gris industriel

La passion qui l’a poussée depuis deux ans à créer son propre atelier de « relooking » s’explique par des motivations très juvéniles : « Dans notre maison à Ruillé-sur-Loir, toute gamine j’étais entourée d’une mère fleuriste, d’un père bricoleur et d’une sœur artiste peintre. La fibre artistique était bien présente, évidente. »

Anne se focalise son attention sur les meubles : « Je les aimais à un tel point que mes parents m’en offraient pour mes anniversaires. Ils m’intéressaient dans la mesure où je pouvais les changer. » Après 10 années passées comme commerciale chez Pigier, Anne Gallet s’est lancée, voilà deux ans, dans l’aventure de l’entreprise artistique : « Mon compagnon m’a bien aidé et je me suis lancée. » 

Activités officielles figurent sur la carte de visite de l’Atelier Anne G, sis à Changé sur la route de Parigné : le conseil en peintures, des ateliers et des cours mais surtout le « relooking » des meubles et des cuisines. 

Du mariage à l’enterrement

Anne s’est engouffrée dans ce créneau très tendance qui correspondait à la fois à une évolution des goûts liée à l’apparition de la crise : « Avant, on offrait des meubles pour le mariage et ces derniers ne changeaient de place que pour les enterrements. Et encore », sourit Anne. « Aujourd’hui, les mentalités ont évolué. Les difficultés financières ne permettent pas aux gens d’investir dans de nouveaux meubles mais par contre, ils n’hésitent plus à vouloir changer de look, de couleurs, de place. »

C’est alors qu’Anne intervient, à la demande des femmes : « A 99 %, dans un couple, ce sont elles qui me contactent pour venir changer leur intérieur. Souvent leur cuisine pour qu’elle puisse retrouver un coup de jeune. C’est comme elles avaient l’impression de changer d’univers. » 

Du coup, repeindre un bois de chêne en tendance Cadix, carbone ou Flandres ou repatiner un merisier en noir ne sont plus des activités considérées comme sacrilège. Le nuancier d’Anne G est là pour titiller toutes les audaces. 

Ses conseils puis ses interventions dans l’intimité des particuliers font ensuite le reste : « Aujourd’hui, la mode du relooking se concentre sur trois styles principaux : le campagne chic, qui mise sur la patine et l’impression d’usé, le cosy, qui concentre ses teintes sur le beige et le havane et enfin l’industriel, qui rhabille les meubles en noir ou en gris métal. Rien n’est tabou. Rien n’est interdit. »

Sauf de toucher aux teintes de la vieille et superbe armoire normande qui trône dans son atelier : « Mes parents m’ont interdit d’y toucher. Cette fois, je respecte. » Pour tout le reste, Anne G se tient à votre disposition depuis vendredi dans les travées du Salon. Son stand se tient dans le hall D, emplacement 130.

Jean-Benoît GAYET

 
Le salon de l’Habitat se tient dans les halls B, C, D, du centre des expositions. Ouverture samedi et dimanche, de 10 heures à 19 heures. 
Tarif d’entrée : 4 euros, gratuit pour les enfants jusqu’à 12 ans. 
Possibilité de coupler son entrée avec celle donnant accès au Salon du tourisme qui se tient également au centre des expositions (6 euros).
Bus : ligne 3. Arrêt Oasis. Restauration possible sur place. Parking gratuit. 

 

Commentaires (2)

La crise n'empêche pas le design !
martinchenip mer, 02/07/2014 - 18:20

Le contexte de crise économique a beau avoir réduit le pouvoir d'achat de façon conséquente, les gens n'ont jamais été aussi intéressés par le design des meubles, et le relooking avec des artistes telles que Anne Gallet.
Je pense que c'est parce qu'il y a aussi un véritable attrait pour le cocooning, on passe de plus en plus de temps chez soi, donc autant y être vraiment bien ! Personnellement j'aime beaucoup les couleurs noires/blanches pour les étagères comme ici, je trouve ça très classieux et moderne.

Et j'ajouterais également que
mathieu.labatte jeu, 16/10/2014 - 12:17

En réponse à martinchenip - La crise n'empêche pas le design !

Et j'ajouterais également que les émissions de télé en tout genre style Déco ou Maison à Vendre entretiennent et démocratisent cette tendance des meubles design. Ils vont bientôt être rare les logements où l'on pourra trouver du mobilier ancien comme avaient nos grands parents.. Ce que fait Anne Gallet a l'air très sympa et original en tout cas, ça rejoint un peu ce qu'on trouver désormais mais en mieux encore, et fait main !! Pas du travail à la chaîne sorti de l'usine ou importé.

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.