Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Saint-Jean-des-Échelles Une vache à la mamelle "de rêve"

0 11.03.2013 14:42
Bernard Lecomte a su voir en sa vache à la mamelle d’exception une compétitrice.

Bernard Lecomte a su voir en sa vache à la mamelle d’exception une compétitrice.

Photo "Le Maine Libre"

L’éleveur de Saint-Jean-des-Echelles Bernard Lecomte vient de rentrer du Salon de l’agriculture avec une belle distinction. L’une de ses vaches a obtenu à Paris le premier prix de la meilleure mamelle adulte.

Aux premiers abords, on se dit qu’elle a de beaux yeux. Grands, noirs et expressifs. Qu’elle porte une jolie robe. Blanche, tachée de brun. Mais le principal atout de la Normande est ailleurs. La vache de sept ans est d’abord reconnue pour sa mamelle « de rêve ».

« Une mamelle très haute, bien collée au corps »

Son éleveur, Bernard Lecomte, pourrait en parler pendant des heures. « Elle a une mamelle très haute, bien collée au corps », raconte-t-il. Et d’ajouter à la description une multitude de détails techniques sur ses ligaments « très bons » ou ses veines « apparentes ».

Les juges du Salon de l’agriculture ont dû en penser autant. Ils ont attribué à la vache au pis parfait le premier prix de la meilleure mamelle adulte, dans la catégorie normande. « Avec trois centimètres de plus, elle pouvait espérer remporter le concours général », ajoute Bernard, installé à Saint-Jean-des-Echelles, au lieu-dit « La Chauvelière ».

Qu’importe. L’agriculteur est déjà très fier de sa performance. « Elles étaient quarante à concourir, la meilleure mamelle c’est un très beau prix et un grand honneur pour moi et pour l’élevage », indique-t-il.

Des accouplements raisonnés

Dans sa famille, le Salon de l’agriculture est une tradition. Un rendez-vous où l’on vient porter haut le nom Lecomte. « Mon grand-père y allait dans les années 30, mon père dans les années 50, il a remporté trois fois le prix de championnat, la plus haute distinction », raconte-t-il.

Lui a pris le relais en 1979 et remporté à son tour de nombreux prix. Avant de stopper net en 1994, quand son épouse est tombée malade. « Ce sont des amis qui m’ont forcé à y retourner cette année. J’ai accepté en me fixant un objectif : me battre. »

Il a observé son cheptel, composé de 65 vaches prim’holstein, normandes et jersiaises. Et jeté son dévolu sur une normande à la mamelle d’exception. « Ce n’est pas pour rien qu’elle a ses qualités, nous avons su faire des accouplements raisonnés », précise-t-il. Ensuite, il a fallu la dresser pour qu’elle marche avec élégance. « Elle est devenue obéissante comme un petit chien », sourit-il.

Le pari s’est avéré gagnant. Bernard est rentré mardi dernier de Paris avec un nouveau prix. Quant à la lauréate, elle est retournée auprès des siennes. Après cinq jours de compétition à Paris, elle a pu ruminer son bonheur au milieu des champs. « Elle avait l’air heureuse de rentrer », confirme son éleveur.

 

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.