Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Sablé Nouvelle action des agriculteurs devant l'abattoir Charal

0 06.07.2015 09:44
  • Du fumier et des gravats ont été déversés devant l'entrée de l'abattoir Charal. Preuve d'une situation qui devient intenable.

    Du fumier et des gravats ont été déversés devant l'entrée de l'abattoir Charal. Preuve d'une situation qui devient intenable.

  • Les éleveurs mobilisés depuis 23 heures hier toujours devant l'abattoir de Charal.

    Les éleveurs mobilisés depuis 23 heures hier toujours devant l'abattoir de Charal.

  • En ce lundi matin, aucun camion ne peut franchir l'entrée de l'abattoir, bloquée par des tracteurs, du fumier et des gravats.

    En ce lundi matin, aucun camion ne peut franchir l'entrée de l'abattoir, bloquée par des tracteurs, du fumier et des gravats.

Depuis 23 heures dimanche soir, l'entrée de l'abattoir Charal, à Sablé, est bloquée. Une soixantaine d'éleveurs de la Mayenne, de la Sarthe et du Nord Maine et Loire ont déposé du fumier et autres gravats devant l'abattoir Charal.

"Nous avions donné pour consigne de bloquer l'entrée avec des tracteurs seulement, de ne rien déverser, s'ils en arrivent là, cela montre à quel point leur situation est difficile", commentait ce lundi matin Pierre Vaugarny, responsable de la section bovine à la FDSEA.

Même commentaire de la part de Michel Dauton, président départemental de la FDSEA : "Ce ne sont pas les agriculteurs qui portent la responsabilité de tout ça, on les vole depuis si longtemps et maintenant on piétine l'accord qui a été pris devant un ministre de la République... les éleveurs sont au bout,  ils n'ont pas d'autres solutions que ces actions pour obtenir une revalorisation des prix".

Cette nouvelle action fait suite à celle qui avait pour cible, jeudi dernier, la grande distribution et les transformateurs. "Et si l'accord pris le 18 juin n'est pas respecté, il y aura encore d'autres actions, car la situation devient intenable", annoncent les manifestants. "Si on est là aujourd'hui, ce n'est pas pour tuer un outil industriel mais bien pour faire avancer les choses", a déclaré M. Vaugarny.

Vers 9 heures, les manifestants ont pu s'entretenir avec Bruno Traverse, directeur de l'abattoir Charal.

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.