Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Rachid El-Guerjouma : "Les enjeux à 20 ans, ce n’est pas de remplir des amphis"

0 04.02.2013 06:17
Rachid El-Guerjouma pense que l'Université du Mans prépare sa révolution.

Rachid El-Guerjouma pense que l'Université du Mans prépare sa révolution.

Photo "Le Maine Libre"

L’attractivité de la Sarthe passera notamment par le développement de l’Université du Maine. Son président, Rachid El-Guerjouma, nous détaille les projets pour les années à venir.

Le Maine Libre : Comment envisagez-vous l’Université du Maine dans les 20 ans à venir ?

Rachid El-Guerjouma : Aujourd’hui, on tend vers les 10 000 étudiants. Notre objectif c’est d’atteindre peut-être 15 000 étudiants. On pense qu’on peut attirer plus d’étudiants, notamment ceux qui ne viennent pas parce qu’ils sont mal informés, parce qu’ils sont issus de milieux qui n’ont pas le réflexe de l’enseignement supérieur, ou qui n’ont pas les moyens. Mais, les enjeux à 20 ans, ce n’est pas remplir des amphis. Comme l’a dit un des participants aux récentes Assises de l’enseignement supérieur, « l’amphi, c’est fini ».

C’est-à-dire ?

Il faut aller vers les étudiants, là où ils sont, et leur permettre de suivre des cours de manière beaucoup plus interactive. Les Assises de l’enseignement supérieur ont beaucoup insisté sur la révolution numérique. C’est un des points importants de développement pour l’enseignement. Il faut imaginer d’autres manières de se rapprocher des populations. On peut imaginer de la formation en ligne par exemple, comme on le fait pour la première année de médecine. Ou bien ouvrir des antennes de l’université dans certaines villes en s’appuyant sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Il y a aux Etats-Unis des universités qui ont beaucoup d’étudiants qui ne sont pas forcément sur le site.

Ce créneau est donc porteur pour l’Université, selon vous ?

Oui, car on est assez en avance sur ce sujet au Mans. Nous avons des formations à distance qui ont été lancées à un moment où cela ne se faisait pas encore dans les universités françaises. À la faculté de lettres, il y a par exemple un master littérature-jeunesse qui touche 400-500 étudiants dont l’immense majorité n’est pas sur le site. Ils paient, ils ont des cours, ils ont des professeurs qui les suivent, qui répondent à leurs questions et ils viennent passer les examens.

L’Université du Maine est déjà très en avance par rapport à d’autres universités pour l’utilisation des technologies numériques. On a un pôle, le PRN (Pôle de ressources numériques) qui aide les enseignants à préparer les cours, à faire des animations, à faire du podcast… Si on arrive à ne pas louper ce virage de la révolution numérique dans l’enseignement et la recherche, on a là des atouts vraiment importants.

Encore faut-il être visible…

La vision de l’Université dans plusieurs années, c’est bien évidemment de se baser sur les structures actuelles (UFR et laboratoires) mais aussi de favoriser les synergies pour créer des structures à visibilité plus grande et plus attractives. Ce qu’ont fait les acousticiens en se regroupant dans une structure plus visible, le futur Institut Le Mans Acoustique, on va le faire avec d’autres secteurs en les structurant par pôles : l’Institut des molécules et matériaux (quasiment le plus gros laboratoire des matériaux et molécules dans les Pays de la Loire), l’Institut informatique et usage (qui va regrouper les formations jusque-là éparpillées), un Institut risque et assurance (avec les collègues économistes, matheux et juristes), et l’Institut des sciences de l’homme, à la faculté de lettres.

Une petite révolution…

Oui, je crois que l’Université du Maine est en train de faire sa révolution. Elle veut prendre une autre dimension. Cela ne peut pas se traduire par une juxtaposition de structures qui existent, mais plutôt en essayant de faire interagir ces structures pour faire apparaître des pôles d’interaction forte et de plus grande visibilité, basés sur de la compétence.

Propos recueillis
par Julien PROULT

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.