Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Pruillé-le-Chétif La chasse au gaspillage continue à la cantine scolaire

0 17.10.2013 10:55
La cantine scolaire de Pruillé a obtenu deux fleurs au logo de qualité et proximité.

La cantine scolaire de Pruillé a obtenu deux fleurs au logo de qualité et proximité.

Photo "Le Maine Libre", Denis Lambert

Cuisinier, Thierry Vegreville n’a pas attendu ce mercredi, déclaré journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire, pour faire la chasse aux déchets. Le succès de ses recettes ? Du fait maison.

Ce lundi à la cantine scolaire de Pruillé, toutes les assiettes sont revenues vides. Il faut dire que le plat était alléchant : lasagnes fait maison, avec de la viande fraîche.

450 g jetés pour 100 kg de plats cuisinés

Chaque jour, depuis un an et demi, il pèse les plats qu’il prépare et renouvelle l’opération après le retour des assiettes en cuisine. Le résultat est très positif.

« J’ai été contacté par le pays du Mans, il y a un peu moins de deux ans, pour faire partie de cantines test » dans le cadre d’une vaste campagne contre le gaspillage alimentaire visant à réduire les ordures ménagères de 7 %. « On a décidé de faire l’expérience, mais sincèrement, on n’a jamais beaucoup jeté. » 

A titre d’exemple, sur les 100 kg de plats préparés la semaine dernière, Thierry a jeté seulement 450 g de restes.

La recette du chef

Comment ce cuisinier passionné réussit-il ce pari alors que dans la restauration collective scolaire, on jette en France environ 130 grammes par repas préparé ?

Sa recette semble simple : du fait maison, des produits locaux et de qualité, et un peu de bon sens. « J’établis moi-même mes menus et mes fournisseurs sont des producteurs locaux. Je m’assure ainsi de la qualité des légumes et de la viande que je cuisine. » 

Faire passer la ratatouille

Les enfants ne s’y trompent pas et ils en redemandent. « Quand je suis arrivé en 2006, ils avaient du mal à avaler leurs légumes. Je mélangeais donc systématiquement la ratatouille avec un peu de riz, en réduisant chaque fois un peu plus la quantité de féculent. Maintenant, je la sers toute seule. Et ils n’en laissent pas. »

Même combat concernant les emballages. « Je ne sers jamais de compote en pots individuels. Je la mets moi-même dans des ramequins. En plus de produire moins de déchets, c’est plus économique. Tout le monde s’y retrouve », assure Thierry.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.