Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Présidentielle Les derniers « travaux pratiques » de François Fillon en Sarthe

2 10.04.2012 12:31
François Fillon avec les ouvrières de la Sarrel.

A Marolles-les-Braults, vendredi François Fillon avec les ouvrières de la Sarrel.

Photo "Le Maine LIbre" Hervé Petitbon

Nous avons suivi la visite du Premier ministre vendredi. C’est l’un des derniers déplacements officiels en Sarthe de celui qui brigue un siège de député à Paris. Une page politique du département se tourne.

C’est l’heure des dernières visites de terrain du Premier ministre. Dans un mois, il aura quitté Matignon. Ce genre de déplacement en région, qui plus est dans « son » département va lui manquer, à n’en pas douter. Ce sont « des travaux pratiques » des mesures prises par son gouvernement glisse-t-il.
Il est le Premier ministre de la Ve république qui aura réalisé le plus grand nombre de visites sur le terrain. En Sarthe, depuis 2007, elles ont toutes été placées sous le double-signe de sa fidélité au territoire et de son rôle de chef de gouvernement. Les élus lui ont témoigné ici fidélité pour beaucoup et respect pour tous. Les parlementaires de l’UMP en premier qui lui doivent beaucoup et qui auront du mal à se passer de ses visites régulières.

Elles rythmaient leur campagne électorale. Un coup de pouce du Premier ministre, son soutien, ne fait jamais de mal, d’autant plus quand sa cote de popularité se maintient. Et pour l’hôte de Matignon, ces escapades sarthoises étaient aussi souvent une belle « bouffée d’oxygène ».


Pas de successeur désigné


A Marolles-les-Braults, il peut plaisanter avec Nicole Agasse, le maire, et son hématome à l’œil. Il la surnomme du coup « Eva Joly de Marolles ». Ici « il est un peu chez lui » confie un fidèle. « Je constate ici l’aboutissement d’une politique menée » lâche-t-il devant des élus locaux avant de partager avec eux des anecdotes ramenées lors de visites officielles à l’étranger.


Devant une cinquantaine d’ouvrières de l’usine Sarrel ou quelques heures plus tôt face à quelques chefs d’entreprise et artisans à Yvré-l’Evêque, pas forcément complaisants, il tient le même discours. « Nous sommes dans une situation difficile et qui va durer » martèle-t-il, pédagogique, en dressant un rapide et simple tableau de la mondialisation.


« On ne les croit plus les politiques » lâche tout de même une salariée à l’issue de cette prise de parole mais elle prend cette visite « comme une marque de reconnaissance de notre travail ». En quittant l’usine, quelques anciens ont patienté pour le saluer de la main.
Il a beau indiqué aux journalistes qu’il a mis aujourd’hui « une casquette de militant de l’UMP », cette visite de soutien aux candidats aux législatives dans trois circonscriptions prend des allures d’au-revoir. « À chaque fois qu’ils auront besoin de moi je répondrai présent » assure-t-il. « Tu as été le seul à me faire confiance en 2001 quand je me suis lancé en politique» lui a rappelé Fabienne Labrette-Ménager devant 200 personnes à Vernie.


Ses amis le savent bien, c’est une page politique importante qui se tourne en Sarthe. Elu député en 1981, devenu très vite incontournable dans son département, membre du gouvernement Balladur en 1993, puis de celui de Jean-Pierre Raffarin en 2002, et enfin Premier ministre en 2007, François Fillon a marqué ces trente dernières années.
Il ira jusqu’au bout de son mandat de conseiller municipal de Solesmes mais la vie politique du département va s’écrire sans lui désormais. Il n’est plus le patron de l’UMP en Sarthe, il n’a pas de successeur désigné. Et cette succession n’est qu’une partie des enjeux qui attendent désormais les responsables sarthois de l’UMP.

Serge DANILO

Commentaires (2)

Bravo Mauricette
jean-luc 1 mer, 11/04/2012 - 06:34

Votre analyse est hélas juste pour nous les " petits " ,rassurez vous c'est comme je l'espère bientôt fini pour eux !,le temps des " comptes " est arrivé ,si les Français ont un tant soit peu de " jugeote " ,ils devraient sanctionner ces incompétents !

on ne le regrettera pas
mauricette (non vérifié) mar, 10/04/2012 - 13:21

comment pourrait on regretter quelqu'un qui aura fait passer L'allongement de la durée de cotisation à 41,5 ans pour la retraite à taux plein,obligeant les plus démunis à se remettre au travail ,afin de financer les 500 milliards jetés par la fenetre par ses deux gouvernements. la rigueur n'etait pas du coté des nantis .

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.