Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Politique A la Région, le temps est aux restrictions budgétaires

2 27.02.2013 17:19
Patrick Delpech a rappelé les priorités dans un contexte économique difficile.

Patrick Delpech a rappelé les priorités dans un contexte économique difficile.

Photo archives "Le Maine Libre"

À mi-mandat, les élus sarthois socialistes de la Région ont dressé un bilan de leur action devant les militants. Après Mamers et Château-du-Loir, Patrick Delpech, vice-président de l’assemblée régionale entouré des quatre élus PS sarthois (Olivier Biencourt, Muriel Cabaret, Carine Ménage et Jamel Gharbi) a rappelé les priorités dans un contexte économique difficile.

Face aux 60 propositions du programme de 2010, les mesures concernant l’emploi restent prioritaires avec la volonté de ne pas desserrer le corset budgétaire. « Nous avons lancé le Prêt régional de redéploiement industriel, aide aux entreprises fragilisées par la crise. 130 sociétés en ont bénéficié dont une vingtaine dans la Sarthe. À l’échelle de la Région, cela a permis de soutenir 8 200 emplois. Il s’agit à la fois de mesures défensives, lorsque l’entreprise est menacée, ou offensive pour permettre des investissements. »

Aide aux Scops (Arféo à Chateau-Gontier en Mayenne), aide à l’innovation par le biais d’un fonds en partenariat avec Oseo, comptent parmi les outils mis en place. Au chapitre de l’éducation, des travaux ont été lancés dans les lycées de Sablé, La Flèche et Mamers. « Nous nous sommes engagés à maintenir les investissements publics à hauteur de 6,6 milliards d’euros afin de soutenir le BTP », insiste Patrick Delpech.

En 2013, cette politique économique se traduira par diverses initiatives dont les 500 projets de développement. « Il s’agit d’apporter au maximum 50 000 € à un projet unissant deux entreprises, notamment dans l’artisanat. »

Enfin dans un contexte ultra-tendu, la Région doit également restreindre ses dépenses lors d’arbitrages. « Les marges de manoeuvre sont étroites. Il faudra faire preuve d’imagination et d’audace. La réduction de certaines politiques publiques est inévitable. » Si la Région épargne la formation (+5 % du budget 2013) et les transports (+4,5 %) il faudra bien aller chercher des économies ailleurs.

Commentaires (2)

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.