Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Enquête Quel visage pour la Sarthe dans 20 ans ?

0 04.02.2013 06:00
D’ici 2030, la Sarthe va devoir trouver le moyen d’attirer des jeunes et des entreprises pour compenser une croissance démographique modérée.

D’ici 2030, la Sarthe va devoir trouver le moyen d’attirer des jeunes et des entreprises pour compenser une croissance démographique modérée.

Photo archives « Le Maine Libre », Denis Lambert

Une croissance démographique assez molle, une population vieillissante, des jeunes qui s’en vont pour des départements plus attractifs : voilà l’une des délicates équations que la Sarthe va devoir résoudre au cours des vingt prochaines années. Car pour exister entre Nantes et Paris, il va falloir réussir à séduire les actifs et les entreprises.

Une démographie modérée
Au 1er janvier 2010, selon l’Insee, la Sarthe comptait près de 564 000 habitants. D’ici 2040, la population devrait atteindre 640 000 habitants, soit une croissance annuelle de + 0,4 %, ce qui la situe dans la moyenne nationale mais en deçà des deux « moteurs » de la région : la Vendée (+ 1 %) et la Loire-Atlantique (+0,8 %). « D’un côté, il y a Nantes et sa métropole ; de l’autre, un réseau de PME vendéennes dynamiques », souligne David Martineau, de l’Insee. « L’attrait du littoral fait aussi que ces départements sont en tête sur la croissance démographique en France ».

Une population vieillissante
C’est l’effet « papy-boom ». Comme l’ensemble de la France, la Sarthe va connaître un vieillissement de sa population. En 2040, l’âge moyen des Sarthois sera de 44,2 ans, ce qui placera le département en troisième position dans la région, derrière la Loire-Atlantique (42,1 ans) et le Maine-et-Loire (42,3 ans). Un vieillissement qui touchera automatiquement les actifs. Dans les Pays de la Loire, le taux d’activité des 60 - 64 ans est aujourd’hui de 12 %. En 2030, il se situera entre 50 et 60 %.

Les jeunes actifs partent…
C’est le cœur du problème. Si la population active va augmenter, ce sera à un rythme assez faible (+ 0,2 % par an), bien inférieur à celui de la Loire-Atlantique et la Vendée (+ 0,7 %). Plus grave, d’ici 2030, la Sarthe va perdre des actifs au profit des autres départements de la région (0,1 % par an).

... et ne reviennent pas
Pourquoi ? D’abord parce que le département peine à retenir ses jeunes adultes, qui partent étudier ailleurs. Ensuite parce qu’il ne parvient pas à faire revenir ces jeunes, ni à attirer d’autres actifs, la Sarthe créant moins d’emplois que la Loire-Atlantique et la Vendée.
« C’est entre 18 et 30 ans que les choses se compliquent pour la Sarthe. Le Mans étant un pôle d’enseignement supérieur assez secondaire au regard de l’offre de Nantes et d’Angers, on a des départs massifs », souligne David Martineau. « La Loire-Atlantique et la Vendée ont une très grosse capacité à attirer des actifs, en provenance en particulier d’Ile-de-France. Pas la Sarthe ».

Le défi de l’attractivité
L’attractivité, c’est donc l’enjeu majeur pour la Sarthe d’ici 20 ans. Comment valoriser les atouts du département (voir ci-dessous) pour attirer les entreprises et éviter le cercle vicieux qui ferait de la Sarthe une sorte de no man’s land perdu entre le dynamisme nantais et le mastodonte parisien ?
La question relève de la prospective, exercice certes périlleux mais qui donne surtout l’occasion de faire un tour d’horizon (non exhaustif) des stratégies de développement mises en place par les acteurs locaux : quelles filières nouvelles (numérique, acoustique) à créer ou développer ? Quel avenir pour les filières existantes dans un département où l’empreinte de l’industrie, notamment automobile, reste forte ? 

Julien PROULT

+Pourquoi étudient-ils au Mans et comptent-ils y rester après ?

+L'interview de Rachid El-Guerjouma, président de l'Université du Maine

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.