Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Affaire De Ligonnès : une photo et un message troublants

0 24.07.2015 19:59
La photo n'était pas datée.

La photo n'était pas datée.

Capture d'écran France TV

L'information a été révélée par France TV ce vendredi matin. Une journaliste nantaise a reçu la semaine dernière, sur son lieu de travail, une photo de deux des fils de Xavier Dupont de Ligonnès, Benoît et Arthur. Au dos de cette photo privée, une mention : « Je suis encore vivant ». Elle est arrivée rue Boileau, à Nantes.

C’est la journaliste correspondante de l’Agence France Presse à Nantes qui l’a découverte le mercredi 15 juillet, en arrivant au bureau.

Cette photo se trouvait dans une enveloppe, adressée à l’AFP donc, cette agence qui fournit des dépêches à l’ensemble des médias nationaux. À l’intérieur, la jeune femme - qui n’a souhaité faire aucun commentaire - a trouvé une photo. Sur le cliché, on peut voir deux jeunes gens ressemblant à s’y méprendre à Benoît et Arthur, deux des cinq enfants du couple De Ligonnès. Ils sont attablés dans une cuisine ou une salle à manger. Souriants.

Au dos de ce cliché, quelques mots, signés « Xavier Dupont de Ligonnès » et datés du 11 juillet, à Nantes. "JE SUIS ENCORE VIVANT", en lettres manuscrites. Et puis, en petits caractères : « de là jusqu’à cette heure ».

La journaliste a aussitôt confié la missive aux enquêteurs de l’antenne de police judiciaire de Nantes, qui travaillent depuis plus de quatre sur cette affaire de quintuple assassinat. Des courriers farfelus, ils en ont déjà vu passer des paquets. « Mais des lettres signées de lui, ils n’en avaient encore jamais reçues », confie un proche du dossier. Surtout, « cette photo est troublante. Elle n’était jamais parue dans la presse, a priori. Elle donne l’impression d’avoir été prise quelques mois avant les meurtres. La question se pose de savoir d’où elle vient. »

Une certitude : la lettre a transité par le centre de tri postal d’Orvault. Mais problème : cette plate-forme traite le courrier venant de Loire-Atlantique, mais aussi d’une partie de la Vendée. Impossible d’en savoir plus sur le lieu précis depuis lequel elle a été postée ce 13 juillet. Les experts vont quand même tenter de la faire parler. Elle a été sans doute manipulée par plusieurs machines mais ils esseaieront d’en extraire un ADN.

D’autres vont étudier la graphologie et tenter de savoir si oui ou non ces quelques mots peuvent être signés de la main du principal suspect. Selon nos informations, cela paraît hautement improbable, tant les écritures sont différentes.

La photo, elle aussi, sera passée la loupe. Est-ce un original ? Ou a-t-elle été rééditée depuis un fichier numérique ? D’où vient-elle ? D’un proche ? Si oui, de qui ?

Plus d'informations dans le journal Presse Océan de samedi

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.