Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Moto Championnat de France de Superbike : le tenant est à l’heure

0 01.04.2013 11:12
Julien Da Costa a réussi à se défaire de son ancien coéquipier, Greg Leblanc.

Julien Da Costa a réussi à se défaire de son ancien coéquipier, Greg Leblanc.

Photo "Le Maine Libre", Hervé Petitbon

Malgré un changement d’écurie cet hiver, le tenant du titre Julien Da Costa a d’entrée marqué les esprits, en s’imposant au Mans dimanche.

Les regards étaient rivés sur lui. Forcément. Passé à l’intersaison de Kawasaki à la Suzuki, le tenant du titre du Championnat de France Superbike avait, de son propre aveu, « fait un pari risqué ». Dimanche, sur le circuit Bugatti pour la seule course d’un week-end tronqué à cause des conditions météorologiques, il a montré qu’il faudrait encore compter avec lui cette saison en remportant la course phare devant Gregory Leblanc (Kawasaki) et son nouveau coéquipier au sein du Junior Team Suzuki, Etienne Masson.

Le Junior team retrouve la lumière

« Attention, on ne va pas s’enflammer, tempérait Da Costa. Je suis du genre à penser que tant que je gagne de pas de plus de 10’’, j’ai eu de la chance. On va essayer de remporter des courses, pour le championnat on verra peu à peu... » Force est pourtant de constater que ce dimanche, le natif de Béziers (meilleur tour en course en 1’38.129) a su tenir la cadence face à son ancien coéquipier chez les verts, Greg Leblanc.

« On est amis dans la vie mais on a une belle rivalité sur la piste. » Ayant pris les devants dès le départ, Da Costa a résisté au retour de son adversaire, gêné par un attardé dans le dernier tour au moment de passer à l’offensive. « Je suis déçu, pestait-il après coup. Car même si j’ai fait un mauvais choix de pneu arrière, ce n’est pas ça qui me fait finir 2e. On est 40 sur la piste et je sais qu’il en faut pour tout le monde mais, à un moment, il faut respecter le règlement. Comme trop souvent, malgré les drapeaux bleus, certains ne se poussent pas. Ça nous pousse à faire des dépassements vraiment limites. Julien a pû passer, pas moi. Ce qui me frustre, c’est de n’avoir même pas pu tenter ma chance. »

Nul doute que le duo de tête devrait se retrouver à la bagarre tout au long de la saison.

Retrouvez l'intégralité de notre reportage dans "Le Maine Libre" de ce lundi 1er avril.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.