Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Miss 24 Heures: « Le Mans, la semaine inoubliable »

0 25.03.2012 09:56
Le pilote Jean-Bernard Bouvet a instruit des élèves plus rapides, mais pas aussi ravissants.

Le pilote Jean-Bernard Bouvet a instruit des élèves plus rapides, mais pas aussi ravissants.

Photo « Le Maine Libre », Olivier Blin

Avant de transmettre sa couronne de « Miss 24 Heures du Mans - Le Maine Libre » Emmanuelle Brulon a prolongé sa carte d’invitée privilégiée du circuit lors d’un baptême de piste avec J.-B. Bouvet.

Impossible à tenir durant la semaine des 24 Heures, un tantinet chargée, le rendez-vous d’Emmanuelle Brulon avec la griserie de la vitesse s’est déroulé samedi matin sur le circuit Bugatti.


« Ça envoie ! »

Des 24 Heures du Mans, Emmanuelle a tout vu, tout vécu, tout vaincu. « C’était une semaine inoubliable ». Il ne manquait qu’une expérience à sa folle semaine de Miss, celle d’un baptême de piste au volant de l’un des protos « Pesca » de l’école de pilotage de l’ACO.

À 9 heures tapantes, la jeune femme élue l’an passé « Miss 24 Heures du Mans - Le Maine Libre », habillée de la combinaison réglementaire écoute avec beaucoup d’attention le « briefing » de Jean-Bernard Bouvet, enchanté d’accueillir si ravissante élève.

À l’appui d’images, le cours est bref mais précis. Bouton vert pour le démarrage. Puis descriptif des vitesses à palettes avec commandes au volant. « Quand les diodes passent au rouge, il est temps de changer de vitesse ».

« C’est comme sur les jeux vidéo ! » s’exclame Emmanuelle. Elle apprend au passage que sur la GT2 pilotée par Jean-Bernard aux 24 Heures, « il y a 13 boutons sur le volant et 25 sur la console ». Le proto Pesca, certes plus rudimentaire, offre malgré tout de bonnes vibrations.


Sensations fortes


Le temps de visualiser l’art d’une belle trajectoire, d’enregistrer la technique du freinage qui évite de partir en toupie, et voilà la Miss sanglée dans son baquet, prête à suivre sur la piste la voiture de son instructeur. Trois tours pour approcher (à vitesse prudente) les sensations du pilotage, suivis de la séquence adrénaline… dans le même proto mais à deux avec Jean-Bernard au volant. Très raisonnable dans sa conduite, Emmanuelle découvre concrètement le sens du verbe « piloter ».

À la sortie de l’habitacle, le regard brillant en raconte autant que le commentaire imagé. « Ça envoie ! ». L’exploit est immortalisé par un diplôme officiellement remis par Jean-Bernard Bouvet devant Enzo, 6 ans, éperdu d’admiration pour sa jolie tante intrépide.

Miss « 24 Heures du Mans - Le Maine Libre » peut maintenant céder sa couronne. Elle a savouré l’expérience jusqu’à la fin.

Frédérique BRÉHAUT

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.