Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Mamers Fermeture de la chambre mortuaire de l’hôpital

4 28.02.2013 10:57
Le centre hospitalier intercommunal garde une chambre mortuaire à Alençon.

Le centre hospitalier intercommunal garde une chambre mortuaire à Alençon.

Photo "Le Maine Libre"

La chambre mortuaire de l’hôpital de Mamers est sur le point de fermer. « C’est un outil qui doit répondre à de nombreuses normes qualitatives et nous aurions dû faire un investissement trop important (300 000 €, Ndlr) par rapport au nombre de décès », explique Yves Geffroy, directeur du centre hospitalier intercommunal Alençon-Mamers qui ne garde donc plus qu’une chambre mortuaire à Alençon.

Le transfert des corps de Mamers à Alençon sera gratuit pour les familles (mais pas le retour).

« En 2012, sur les 197 personnes décédées à l’hôpital de Mamers, seulement 59 corps sont passés par la morgue de l’hôpital », précise le maire, Michel Corbin. Les deux hommes évoquent une « décision pas facile à prendre mais responsable ».

Commentaires (4)

QUELLE HONTE !!!
cesca_fjl jeu, 28/02/2013 - 22:07

C'est vraiment du grand n'importe quoi. On marche sur la tête.

"Le transfert des corps de Mamers à Alençon sera gratuit pour les familles (mais pas le retour)." Dites-moi que je rêve ou que c'est une coquille.
Bientôt il faudra choisir l'endroit où on peut mourir sans frais supplémentaires.
Comment a t-on le droit d'évaluer la rentabilité des morts d'une commune ? Quelle honte !

Je ne déflorerai pas un secret en disant que la majorité des Mamertins n'est pas riche. Faudra-t-il créer une assistance financière supplémentaire ?

Mamers, ça devient le "Monty Python's Flying Circus", à moins que cela soit les "Shadoks".

Ca veut dire quoi de nombreuses normes qualitatives ? Rien, comme d'habitude !
Ma maman est décédée à l'hôpital de Mamers et je n'est pas été choqué par les lieux lors de mes 3 visites dans cette chambre mortuaire. Je n'y venais pas pour m'éclater.

Ras le bol d'Alençon !!!!! Encore un stratagème pour en éponger le défiscite.

MEME L'ETAT!!!!!!!!!!!!!
cemoi72 jeu, 28/02/2013 - 19:13

MEME L'ETAT MAIS DES GENS AU CHOMAGE AVEC CETTE FERMETURE.
COMMENT VOULEZ QUE LES ENTREPRISES NE LE FACE PAS EUT AUSSI..
LA FRANCE VA BIEN TRES BIEN !!!!! ON SUIT LA GRECE L'ESPAGNE ET LE PORTUGAL......
VOUS A TON PARLEZ DE ERDF AUSSI QUI VA AUGMENTER CES TARIF DE 30% D'ICI 2017.......
ET DE VOS FUTURS SALAIRE QUI SERONT PAYER 35H00 POUR 39H00 DE BOULOT.....
ET DES CONTRAT D'INTERIM QUI AUGMENTE POUR FAIRE BAISSER LE CHOMAGE SUR DU COURT THERME ET PLUS DE CDI.......
SI VOUS NE SAVEZ PAS TOUS CELA MOI JE VOUS LE DIS..........
ALORS LA FRANCE VA TOUJOURS BIEN???????????
ON ETENDS QUE CA AUGMENTATION PAR CI TAXE PAR LA....
ET NOUS LES CONS ON PAYE.

Mamers va disparaître
montraisor jeu, 28/02/2013 - 18:27

Et hop ! Encore un service qui disparaît ! 300 000 EUROS . De qui se moque-t-on ? Pourquoi pas 1 MILLION D'EUROS non plus ! Après ce sera quoi comme service ? Ras-le bol de ces cons de Bercy qui nous gouvernent !!! Vivement la Révolution, comme en 68 pour balayer ces technocrates de merde qui vivent dans leur bulle en verre à la Défense !

ah ben merde...
lgflgf jeu, 28/02/2013 - 16:23

Pour les morts jusqu'en février 2013, c'était bon... mais bon maintenant non !
300 000 euros de frais pour quelles raisons ? refaire tout à neuf parce qu'un expert payé par des lobby a imposer des trucs complètement imbéciles...
Allez familles payez !

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.