Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Luché-Pringé La direction de Gastronome huée par ses salariés

0 21.10.2014 15:38
« On a bousillé notre vie. Avant on n’était rien, maintenant on est moins que rien. C’est dégueulasse ! » Photo "Le Maine Libre"

« On a bousillé notre vie. Avant on n’était rien, maintenant on est moins que rien. C’est dégueulasse ! » Photo "Le Maine Libre"

Sébastien Besnardeau, secrétaire du CE et délégué CGT, qualifie de « houleux » le climat qui régnait ce mardi matin pendant la tenue du comité d’entreprise extraordinaire qui avait lieu à l’usine Gastronome de Luché-Pringé. Une réunion au cours de laquelle a été confirmée la fermeture du site à l’horizon juin 2015.

Les rapports entre la direction et les salariés luchois se sont effectivement sérieusement dégradés. En milieu de journée, au terme du comité d’entreprise, les employés - qui étaient en grève depuis le matin - ont vertement interpellé Christian Vignaud, le directeur général du groupe Gastronome.

« Honteux ! J’aurais honte à votre place ! » entendait-on. Ou encore : « On a bousillé notre vie. Avant on n’était rien, maintenant on est moins que rien. C’est dégueulasse ! » « Ils n'en ont rien à faire de nous ! Ils dorment, la nuit, ces gens-là ? »

Des huées et des sifflets accompagnaient les allers et venues des dirigeants de la société. Alors que certains membres du personnel exprimaient leur colère en invectivant leur hiérarchie, d’autres craquaient. Les yeux rougis ou carrément en pleurs, ils assistaient hagards à la scène.

« Les nerfs lâchent », commentait une salariée. Une autre ajoutait : « La colère va monter davantage... » Quant au plan de cessation d’activité, le secrétaire du CE l’assimile à « un torchon » et réclame que le groupe revoie sa copie.

« Aujourd’hui, nous avions la première réunion avec les représentants du personnel de l’entreprise. Une information et une consultation sur le plan de redressement de Gastronome. Ce plan reste à bâtir, on compte sur les représentants du personnel pour avancer avec eux », répond Christian Vignaud avant de rappeler que « nous voulons que les 165 salariés restent dans le groupe. Notre premier objectif, c’est de les garder. »

Il concluait : « On ne sera jamais fier de ce qu’on va faire mais si on arrive à convaincre les gens de rester chez nous, on aura fait un boulot acceptable dans une situation difficile. » Vu l’accueil qu’ont reçu les premiers éléments de discussion, la partie est loin d’être gagnée. « La bataille va être rude », affirme Sébastien Besnardeau.

Plus d'informations dans "Le Maine Libre" de ce mercredi 22 octobre. A lire aussi sur ordinateur, tablette et smartphone.

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.