Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

LGV La deuxième commission d'enquête publique parcellaire démarre

0 18.03.2013 16:57
Gérard Chartier (à gauche) fait le point avec un propriétaire.

Gérard Chartier (à gauche) fait le point avec un propriétaire.

Le Maine-Libre

La deuxième commission d’enquête publique parcellaire concernant la ligne à grande vitesse a débuté, lundi à la mairie d’Auvers-le-Hamon.

Gérard Chartier, président de la commission, et les enquêteurs accueilleront les propriétaires concernés au cours de 23 rendez-vous dans 22 communes situées entre Connerré et Auvers-le-Hamon.
L’objectif de cette enquête : « Se mettre juridiquement en conformité et permettre l’expropriation de parcelles allant de quelques dizaines de mètres carrés à plusieurs centaines, explique Gérard Chartier. L’enquête est nécessaire. Tous les propriétaires ont reçu un courrier en recommandé leur notifiant son début. »
Il s’agit de parcelles complémentaires et d’ajustements nécessaires à Eiffage pour réaliser le chantier. Ici un voie de service le long de la voie, là le recreusement d’un fossé, ou encore l’intégration d’un bout de terrain pour rendre l’emprise de la ligne plus cohérente.
Les propriétaires peuvent donc faire part de leurs doléances quant aux terrains concernés. « La commission d’enquête n’est pas obligatoirement favorable, les demandes sont traitées au cas par cas. » Mais à ce stade des travaux, ce sont surtout « des aménagements marginaux qui ne posent pas vraiment de cas de conscience », indique Gérard Chartier.

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.