Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Mulsanne Les Transports Canet dans l'attente d'une liquidation judiciaire

0 30.03.2012 13:53
Depuis mardi matin, les salariés des Transports Canet bloquent leur entreprise dont la liquidation judiciaire a été demandée par leur Direction.

Depuis mardi matin, les salariés des Transports Canet bloquent leur entreprise dont la liquidation judiciaire a été demandée par leur Direction.

Photo "Le Maine Libre"

Mardi 27 mars, à 3 heures du matin, l’ensemble des salariés de l’entreprise Transports Canet, spécialisée dans le frigorifique et située dans la ZAC du Cormier, à Mulsanne, a décidé de se mettre en grève illimitée.

Les revendications salariales et de maintien de l’emploi avaient fait l’objet d’une première négociation sans avancée significative.

Le Président-directeur Général de Frigo 7, Bertrand Descotte, repreneur de la Société Canet en février 2011, a demandé dès le lendemain la liquidation judiciaire de l’entreprise, qui a cessé toute activité depuis.
Mardi prochain, le tribunal de commerce du Mans doit se prononcer sur l’avenir de l’entreprise qui emploie 59 personnes.

« Frigo7 s’était présenté comme étant le repreneur idéal et le premier interlocuteur en matière de dialogue social. Il s’avère être au contraire le champion de la dissimulation des problèmes et le dissimulateur des données exactes de la santé financière de l’entreprise Canet. La demande de redressement judiciaire, auprès du tribunal de commerce, était depuis longtemps entérinée par la direction et met devant le fait accompli, l’ensemble des salariés », précisent aujourd’hui dans un communiqué les représentants du personnel.

« En décembre dernier, les licenciements déguisés en départs volontaires avec chèques à l’appui, des salariés du site de Nantes, auraient dû nous mettre la puce à l’oreille », soulignent les salariés grévistes auxquels le responsable du site a annoncé que « la première semaine de février ne serait payée que lorsque le Régime de garantie des salaires (AGS) pourra le faire ».
Mercredi, ces mêmes salariés avaient décidé de faire don des marchandises entreposées dans les frigos de l’entreprise, aux associations caritatives du département.

 

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.