Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Spécial présidentielle: "L'école ne gomme plus les écarts sociaux"

0 18.03.2012 11:55
L'ex-directrice d'école aimerait que le système éducatif donne les mêmes chances

L'ex-directrice d'école aimerait que le système éducatif donne les mêmes chances à tous les enfants.

Photo "Le Maine Libre", Hervé Petitbon

Comme chaque dimanche, "Le Maine Libre" part à la rencontre de Sarthois qui parlent de leurs espoirs et de leurs attentes pour la prochaine élection. Aujourd'hui, l'enseignement, avec Sylvie Hersemeule, ancienne directrice d'école à Sablé-sur-Sarthe, qui déplore une inégalité qui ne donne plus les mêmes chances aux enfants.

"L’enseignement a toujours été une vocation. Je suis devenue institutrice parce que j’étais faite pour ce métier". Retraitée depuis septembre dernier, Sylvie Hersemeule était la directrice de l’école Saint-Exupéry à Sablé-sur-Sarthe, une école située dans un quartier populaire de la ville.

Trop de réformes
Trente ans à instruire les petits, ça laisse le temps de mesurer les changements du métier et de la société. « L’école n’est pas une bulle étanche. Elle reflète la vie. C’est même de plus en plus évident ». Dans le quartier de la Rocade où la population ne roule pas sur l’or, l’école traduit les espoirs comme les désillusions.
Sylvie Hersemeule en est intimement convaincue. « Auparavant, les différences sociales s’effaçaient davantage. L’instruction publique gommait les écarts les plus flagrants entre les familles aisées et les autres. Ce n’est plus vrai. Dès la fin de l’école primaire, on sait que la scolarité de certains enfants est déjà fichue, que leurs chances rétrécissent faute d’un milieu familial propice aux études. Dans le quartier de Saint-Exupéry où certains parents ne savent pas lire, l’école ne parvient plus à compenser. Elle ne donne plus de chances égales à chacun ».
Elle est amère, la directrice. Et rêve d’une école « qui revienne à l’humain, car plus que jamais l’éducation a besoin de personnes pour épauler les élèves en difficulté. Surtout dans les quartiers défavorisés où le tissu social s’est déchiré ».
« Revenir à des notions simples de partage »
Son expérience lui dicte des solutions concrètes. « On pourrait créer des emplois de vie scolaire tournés vers les tâches administratives, le secrétariat. Ces quelques heures seraient précieuses dans la vie d’une école et permettraient à des personnes au RSA de reprendre confiance en elles ».
Qu’attend-elle des prochaines élections ? « Que l’on revienne à des critères de réussite autres que l’argent, à des notions simples de partage ». Sylvie Hersemeule avance un exemple concret. « Regardez. En 3e, chaque élève est supposé faire un stage en entreprise. Celui qui n’a pas de réseaux, comment fait-il pour trouver une place pour son gamin ? »
L’enseignante déplore également les réformes variables de l’Education nationale. « Les rythmes scolaires de quatre jours nous ont été imposés. On nous demande d’évaluer nos élèves au même moment de l’année. L’enseignement est très encadré et ne laisse plus de marge de manœuvre, preuve d’un manque de confiance. Ce qui est paradoxal alors que les enseignants suivent des formations universitaires très exigeantes. Moi, quand je vais chez le médecin, je ne lui explique pas comment me soigner… ».
Et Sylvie Hersemeule de conclure : « Notre système éducatif ne donne plus les mêmes clés à tous, le même accès à la culture. Je suis entrée dans un service public. Trente ans plus tard, je quittais un service administratif ».

 

Frédérique BREHAUT

Le dossier complet est à lire dans "Le Maine Libre" de ce dimanche 18 mars.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.