Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Le Mans Victimes de l’amiante : « On ne savait pas tout »

3 11.10.2014 10:41
Les 60 membres de l’association au départ du Mans pour la manifestation nationale de défense des victimes de l’amiante à Paris.

Les 60 membres de l’association au départ du Mans pour la manifestation nationale de défense des victimes de l’amiante à Paris.

Soixante membres de l’association de défense des victimes de l’amiante Renault le Mans gagnaient Paris en car ce samedi matin pour participer à une manifestation nationale. Témoignages.

Ce samedi matin, 8 heures, place Henri Vaillant au Mans. Des gens d’une soixantaine d’années affluent. On prépare les sandwichs et les sifflets.

Les membres de l’association de défense des victimes de l’amiante Renault le Mans se rendent à Paris pour la manifestation nationale.

"Nous sommes 60", déclare le président Michel Bouvet, "d’habitude il faut faire une lettre de rappel mais cette année, nous étions au complet dès la première missive".

Il y a des sourires et des poignées de main. Les membres gardent le moral et pourtant. René, 67 ans, est atteint d’un cancer pulmonaire diagnostiqué en 2006.

Il témoigne. « J’ai travaillé chez Moulinex de 1970 à 1993. Nous n’avons pas d’association de défense car l’entreprise a fermé. J’étais dans la fonderie à découper et percer les plaques d’amiante. Les fours en étaient bourrés, ils se disloquaient même en dégageant du gaz. On ne savait pas tout. On utilisait aussi un produit cancérigène appelé le Trichloréthylène. Pas cher et efficace. La direction nous ordonnait de le changer lorsque l’inspection du travail passait. Une fois je ne l’ai pas fait, je me suis fait taper sur les doigts ».

Aujourd’hui Breton, René rejoint l’association mancelle tous les ans en compagnie de sa femme, dont le père est décédé à cause de l’amiante.

Pour Michel Bouvet, le déplacement est important. « On monte pour que justice soit faite. Certains responsables sont décédés récemment. Il n’y aura bientôt plus personne à juger. On exige aussi un suivi médical de qualité. Il faut savoir que le mésothéliome, le cancer spécifique de l’amiante, est toujours incurable aujourd’hui. Enfin, nous insistons sur la prévention. L’amiante est encore utilisé en Allemagne ou au Canada ».

Commentaires (3)

De nombreuses victimes RENAULT Le MANS
fifi72 dim, 12/10/2014 - 11:37

Alors que plus d'une vingtaine de personnes sont décédé de l'amiante et d'autres aujourd'hui contaminés ( personnes ou famille ayant déposé un dossier dans l'association, d'autres ne souhaitant pas rejoindre cette même association) , l'usine du MANS n'a jamais été reconnue usine a risque par le ministère du travail malgré plusieurs demandes de la CGT dont une demande faite lorsque le ministre du travail était un certain François FILLON.

quand va t'on enfin arreter les Loirecopark ?
logjeuhan (non vérifié) sam, 11/10/2014 - 14:47

Concernant la présence d’amiante sur le site, la présidente, dans un long communiqué, évoque « une contrainte acceptable pour nos cibles » même si elle reconnaît « un risque résiduel lié à la possible présence de déchets d’amiante-ciment disséminés sur l’ensemble du site (165 ha). Les niveaux de concentration sont infimes, mais le « risque » ne peut être ignoré… Des précautions de vigilance sont à prendre dans le cadre de travaux. »
C'etait Pavy elle meme qui s'exprimait il y a un an et pourtant les fonctionnaires s'entetent .
Mauricette

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.