Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Le Mans Spirou a toujours ses fans

0 04.03.2013 18:50
Yaël, Yannis et Miel, une famille de «  Spirouphiles ».

Yaël, Yannis et Miel, une famille de « Spirouphiles ».

Photo "Le Maine Libre", Olivier Blin

Dimanche aux Cinéastes, la librairie « Bulle » célebrait le 75e anniversaire de Spirou, le petit groom de la bande dessinée.

Pour l’occasion, Christelle et Bertrand Pissavy ont écrit un album qui en raconte l’histoire. Samuel Chaveau, libraire de Bulle, les a invités pour une séance de dédicaces, rencontres, projection d’un documentaire et concours de dessins pour les plus jeunes. 

C’est Yannis, le papa, qui a convaincu ses enfants Yaël 10 ans et Miel 11 ans. « Je lisais Spirou quand j’étais jeune. » Alors depuis, Yaël préfère « Fantasio, il est toujours énervé », et Miel «  le Comte de Champignac, il invente plein de choses. » Miel, qui a remporté le concours de dessin. 

A 16 ans Hugo, lecteur depuis l’âge de 5 ans, apprécie « les intrigues, ce ne sont jamais les mêmes » et si lui cite le Comte de Champignac, « c’est parce que c’est un farfelu ». Jacques, qui a plutôt l’âge d’être son grand-père, appelle la nostalgie à la rescousse. « C’est toute ma jeunesse, j’avais toute la collection. »

Toutefois, la profession de Spirou reste floue : « C’est un groom -C’est quoi un groom ? Quelqu’un qui porte les bagages dans les chambres -Tu en as vu ? -Non jamais. » 

Pour les parents : « On sait ce que c’est mais on n’en a jamais vu en vrai, c’est dans des hôtels trop chers pour nous. » 

Quand Jean Dupuis, imprimeur éditeur à Marcinelles (Belgique) a décidé de réaliser un magazine pour la jeunesse, il a demandé à Rob Vel de lui illustrer le personnage. C’est lui qui en a fait un groom. « Parce que pour lui c’était un personnage qui entend tout, voit tout », explique Pascal Forneri, réalisateur d’un film documentaire (qui a été projeté en début d’après-midi) sur le héros de papier et le journal qui en est né.

« Les dessinateurs se sont succedés. Quand Fournier l’a repris, il lui a supprimé le petit chapeau, il a remplacé la veste par un blouson rouge et un pull banc. Mais cela n’a pas duré très longtemps. Le costume de groom fait partie de sa silhouette. » 

Et pour ses inconditionnels, apparemment cela ne gène pas que leur héros soit un groom…

 

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.