Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Le Mans Renault : la CGT rejette le projet d’accord

0 21.02.2013 14:45
La CGT sarthoise dénonce un accord qui « fragilise Renault dans toute la France ».

La CGT sarthoise dénonce un accord qui « fragilise Renault dans toute la France ».

Photo "Le Maine Libre"

La CGT s’est de nouveau rassemblée, mercredi, devant le site de Renault-ACI au Mans. Le syndicat n’exclut pas un mouvement social si l’accord sur la compétitivité présenté aux syndicats est validé.

« Ce texte représente une fragilisation de Renault dans toute la France », estime Germain Richard, délégué CGT chez Renault-ACI. « On se sépare d’activités, on va perdre plus de 8 000 emplois et les conditions de travail vont devenir invivables. »

Fruit de plusieurs mois de discussions, le projet d’accord a été présenté aux syndicats, qui doivent maintenant faire connaître leur point de vue dans les prochaines semaines. De son côté, la direction du constructeur a rappelé sa position en cas de signature du texte : aucune fermeture d’usines en France, 8 260 suppressions de postes d’ici 2016 (7 500 suppressions d’emplois nettes), attribution à des usines françaises de 80 000 véhicules supplémentaires venant de partenaires (qui pourraient être Nissan et Daimler), maintien des activités cœur de métier (ingénierie et tertiaires) en France.

Pour être validé, l’accord doit être signé par au moins deux syndicats représentant 30 % des salariés. La CFE-CGC dispose de 29,7 % des voix des salariés devant la CGT (25,2 %), la CFDT (19,1 %) et FO (15,6 %). « Nous sommes contre cet accord », a indiqué hier pour la CGT Germain Richard, qui n’a pas exclu « un recours juridique » et « un mouvement social » chez Renault-ACI si le texte était accepté.

Texte « équilibré » pour la CFDT

Si les autres syndicats souhaitent consulter leurs bases avant de se prononcer, la CFDT a d’ores et déjà jugé le projet « globalement équilibré ». 

Pour sa part, La CFE-CGC a pris acte « de la fin de la négociation » tout en soulignant que « les points les plus importants » soulevés par l’organisation syndicale « sont inscrits beaucoup plus concrètement dans le projet ».

Julien PROULT

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.