Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Le Mans Pas d’aide financière du Département à l’Ismans

0 10.07.2015 16:22
Pas d’aide financière du Département à l’Ismans.

Pas d’aide financière du Département à l’Ismans.

Photo "Le Maine Libre", Hervé Petitbon

« Je ne suis jamais allé demander au ministère de sauver l’Ismans », nous a fait savoir ce vendredi le président de l’Université du Maine Rachid El Guerjouma, faisant allusion au titre de notre article relatif à la situation de l’école d’ingénieurs qui risque le 15 juillet la cessation de paiement.

La veille, il avait pourtant insisté sur le fait que c’était bien lui, et non le directeur de l’Ismans qui était à l’origine de la démarche au ministère de l’Enseignement supérieur, rappelant au passage qu’il était favorable à l’intégration de l’école au sein de l’Université par le biais d’une intervention de l’État.

Si le président de l’Université choisit de jouer sur les mots et refuse d’en dire plus sur le contenu de la réunion à Paris, le nouveau président du Conseil départemental Dominique Le Menèr, lui, est très clair : « Indirectement, l’Université demande bien à l’État d’intervenir pour éviter la disparition de l’Ismans », affirme le n° 1 de l’assemblée départementale.

Par ailleurs, Dominique Le Menèr est catégorique quant à un éventuel soutien financier du Département en direction de l’Ismans. « C’est non, parce que c’est impossible » dit-il. Et de rappeler la situation de l’école d’ingénieurs « dont le déficit ne cesse de croître, qui coûte de plus en plus cher aux étudiants car ils sont moins nombreux et qui connaît des problèmes d’habilitation à délivrer le diplôme d’ingénieur ».

« Un peu facile aujourd’hui d’appeler les collectivités au secours », laisse entendre le président, rappelant que « l’État nous retire, à nous, 28 millions d’eurosNous ne sommes donc pas dans la capacité financière de voler au secours de cette école et encore moins de voler au secours de l’enseignement supérieur. »

Il rejoint en cela la position du conseiller régional Olivier Biencourt qui, lui, rend la Chambre de commerce et d’industrie directement responsable de la déroute financière de l’Ismans.

En effet, à l’origine de la création de l’école d’ingénieurs en 1987, et à laquelle elle attribuait 1 million chaque année, c’est aussi la CCI qui lui a coupé une partie des vivres, Noël Peyramayou, le nouveau président de la Chambre, estimant à son arrivée en 1993 que l’aide accordée à l’Ismans était démesurée.

Philippe LAVERGNE

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.