Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Le Mans Meurtre au Ronceray : la victime touchée deux fois

1 26.02.2013 17:39
Meurtre au Ronceray : la victime touchée deux fois.

Meurtre au Ronceray : la victime touchée deux fois.

Photo "Le Maine Libre", Olivier Blin

L’autopsie a eu lieu lundi. Les policiers n’ont toujours pas interpellé de suspect.

Le SRPJ d’Angers (service régional de police judiciaire) poursuit son enquête après le meurtre de Hamid Ben Salam, commis vendredi soir rue Manuel-de-Falla au Mans. Son corps a été autopsié lundi.

Selon nos informations, la victime a été touchée à deux reprises. Une balle serait ressortie, expliquant le troisième impact sur le corps, que nous évoquions dans nos éditions de dimanche. L’homme de 37 ans était attendu vendredi : à peine était-il sorti d’une voiture devant l’immeuble que les tirs fusaient, faisant penser à une vértiable exécution.

Les enquêteurs épluchent le passé de la victime, à la recherche de potentiels ennemis, sachant que Hamid Ben Salam était connu de la justice pour des affaires de stup et de violence. Les policiers recherchent aussi des éléments matériels et ont auditionné plusieurs personnes. Mais, dans ce milieu, la loi du silence prédomine. Lundi soir, aucun suspect n’avait été interpellé.

Renforts attendus dans le courant de l’année

Le meurtre a été commis dans un quartier classé zone de sécurité prioritaire en novembre dernier. Trois quartiers du Mans font partie de ce dispositif : Ronceray-Glonnières, Sablons et Bellevue, ce dernier étant en partie sur Coulaines.

Les trafics de stupéfiants faisaient justement partie des justifications de ce classement. Un dispositif qui prévoyait l’attribution d’effectifs de policiers supplémentaires. Qu’en est-il aujourd’hui ? La député Marietta Karamanli (PS), qui avait défendu le dossier, appelle à la patience : « Le budget prévoyant 500 postes de policiers supplémentaires pour les ZSP a été voté en décembre. Il faut le temps que ça se mette en place. Mais il y en aura bien au Mans, dès cette année, peut-être deux ou trois. Le travail à réaliser est énorme. On n’éradique pas une situation comme cela ».

Pour la préfecture, la zone de sécurité prioritaire se traduit notamment, en terme d’effectifs, par des renforts ponctuels des services judiciaires, fiscaux et douaniers par l’intermédiaire du Gir (groupe d’intervention régional), ou encore des CRS pour ce qui est des opérations de sécurisation.

« Des CRS interviendront dans le courant de l’année dans ces quartiers dits difficiles », affirmait lundi Pascal Lelarge, préfet de la Sarthe, qui veut par ailleurs relancer les poursuites pour occupation illicite des halls d’immeubles.

Une réorganisation des effectifs est également évoquée, afin de privilégier certains domaines d’inquiétude, par exemple les trafics de drogues qui frappent ces quartiers.

Concernant le meurtre de vendredi, le préfet évoque « des voyous et des criminels de plus en plus décomplexés vis-à-vis de l’usage des armes ».

Commentaires (1)

le changement c'est pas maintenant
Pandore mar, 26/02/2013 - 21:10

" faut le temps que ça se mette en place. Mais il y en aura bien au Mans, dès cette année, peut-être deux ou trois. Le travail à réaliser est énorme. On n’éradique pas une situation comme cela ».

Il y a du trafic, on sait ou cela se passe, mais ......

Dans deux ou trois ans , peut être ...

Bon courage aux habitants encore présents !

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.