Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Le Mans Ludovic Goupil : « Le Samu social c’est d’abord un lien social »

0 21.07.2015 06:34
Ludovic Goupil est bénévole au Samu social depuis neuf ans.

Ludovic Goupil est bénévole au Samu social depuis neuf ans.

Photo "Le Maine Libre", Hervé Petitbon

Bénévole au Samu social depuis neuf ans, Ludovic Goupil lance comme chaque année un appel pour trouver de nouvelles personnes prêtes à s’engager pour marauder avec eux à partir de la rentrée.

Le Maine Libre : Quel est le rôle du Samu social au Mans ?

Ludovic Goupil : C’est d’abord un lien social. L’excuse du café ou de la viennoiserie c’est surtout pour une première approche. On oriente ceux qui arrivent au Mans notamment, qui ne savent pas trop où sont les structures, où se nourrir, où se laver, comment faire les papiers… Nous, on est là pour les renseigner, les diriger ou ne serait-ce que discuter.

Qui sont ces personnes à qui vous venez en aide ?

C’est souvent l’engrenage chômage, divorce, surendettement, perte de la maison… qui les met dans la rue. C’est plus facile d’y rentrer que d’en sortir. Il y en a qui y arrivent mais ce n’est pas la majorité. Ce sont surtout des gens qui sont exclus du système ou qui s’excluent eux-mêmes. Il y en a de plus en plus, des femmes avec enfants aussi, et il y en aura de plus en plus. La crise économique nous on la voit tous les jours.

Quand intervenez-vous ?

Pas toute l’année, faute de bénévoles et de budget aussi. On intervient du 1er novembre au 31 mai, à partir de 20 heures et après on ne sait pas… Ça dépend du nombre de personnes et des appels du 115 qu’on a. Ça peut être jusqu’à minuit, ça peut être jusqu’à 1 heure voire plus, la moyenne c’est minuit et demi, 1 heure.

Vous les redirigez alors vers des structures d’accueil ?

Quand elles sont ouvertes et s’il y en a d’ouvertes aussi parce que malheureusement ils les ferment de plus en plus, donc c’est de moins en moins évident. Autrement, on essaie de trouver un coin en ville avec eux pour les mettre à l’abri.
On distribue aussi du matériel. Justement une partie de l’équipe a récupéré 250 duvets sur les campings aux 24H du Mans. Il faut savoir que 250 duvets ça nous dure à peu près un mois et demi. On en cherche absolument, et des couvertures aussi, c’est la plus grosse demande.

Quel est le profil des bénévoles du Samu social ?

L’année dernière on a commencé à 45, on a fini à 40, c’est très bien. Chez nous on a la parité hommes-femmes ! On a aussi bien des actifs que des retraités, c’est très large. Ils restent en moyenne entre deux et quatre ans, tous les ans on cherche une quinzaine de nouveaux bénévoles. On a quand même fixé un minimum d’âge de 21 ans. Quand j’ai commencé on avait des jeunes de 18 ou 19 ans. Ce n’est pas grand chose trois ans mais il y avait un petit manque de maturité.

Quelles sont les qualités nécessaires pour le devenir ?

C’est surtout la motivation, l’empathie et il faut vraiment être à l’écoute. On en doit pas avoir d’a priori sur l’alcool, la drogue. Il faut aussi pouvoir bouger, quand on maraude pendant quatre heures dans le froid, ce n’est pas évident, même si on sait que nous on finira par rentrer au chaud.
On ne lâche pas les nouveaux comme ça, ils ont une journée de formation. Après le recrutement, ils ont une première réunion avec les anciens bénévoles pour se connaître. Pendant un mois, ils tournent avec une équipe de trois et prennent les bonnes et les mauvaises habitudes, surtout les bonnes !

Propos recueillis par
Célia GENEST

Contact pour le bénévolat : Tél. 06-86-71-92-10

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.