Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Le Mans Les patrons manifestent mais saluent "l'écoute de la préfète"

2 08.12.2014 15:27
Des panneaux ont été posés devant les grilles de la préfecture

Des panneaux ont été posés devant les grilles de la préfecture

L'ensemble des syndicats patronaux et des branches professionnelles ont manifesté ce lundi matin devant la préfecture de la Sarthe.

« Nous étions environ 600 chefs d'entreprise », a assuré Noël Peyramayou, le président de la fédération française du bâtiment (FFB), satisfait de cette mobilisation. « C'est bien la première fois que nous sommes tous ensemble à manifester et cela illustre la détresse des patrons ».

Compte pénibilité, temps partiel, pression fiscale, sont autant de motifs de malaise chez les chefs d'entreprise. Pendant deux heures, ils ont manifesté, dans le calme, devant les grilles de la préfecture de la Sarthe. Une délégation, qui regroupait l'ensemble des syndicats patronaux et les branches professionnelles, a été reçue par la préfète de la Sarthe, Corinne Orzechowski, pendant près de deux heures.

A l'issue de cette réunion, l'ensemble des participants a salué « l'écoute de la préfète ». « On salue son écoute et on l'encourage » a indiqué notamment Jean-François Yvon, le président de la CGPME. « Elle nous a semblé guidée par le pragmatisme ». Un sentiment partagé par Pascal Trubert, président sarthois de la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR). « Il serait bien que le gouvernement soit aussi comme çà et qu'il retrouve un peu de bon sens. Que Manuel Valls, le Premier ministre, ou Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie, viennent passer une semaine en entreprise, ils comprenderont nos soucis ».

Plus d'informations demain dans Le Maine Libre de ce mardi 9 décembre. A lire aussi sur ordinateur, tablette et smartphone.

Commentaires (2)

ôôô les pauvres !
JGR mer, 10/12/2014 - 22:16

Franchement... ôôô les pauvres !
C'est vrai qu'ils ont tellement perdu en pouvoir d'achat ... et puis auparavant, on les avait tellement empêchés de manifester !
C'est terrrrriiiiiibble de devoir informer ces exploiteurs de salariés lorsque l'entreprise dans laquelle ils se donnent va être vendue !
Gérer un compte pénibilité c'est de l'esclavage alors que soulever des charges, travailler en milieu insalubre (amiante, plomb...) c'est tellement bien !
Heureusement, on va pouvoir libérer les énergies en revenant sur des conquêtes sociales qui ont demandé tant de mouvements comme la suppression du travail le dimanche en 1906 !
On voit vraiment le positif de la chose notamment pour les familles françaises !

Honnêtement, si on y réfléchit sérieusement deux secondes, là ça va être un peu difficile de déchaîner l'engouement populaire !

Germinal an 2
logjeuhan (non vérifié) mar, 09/12/2014 - 11:46

Si on pouvait faire travailler les enfants de douze ans , supprimer le salaire minimum et arreter de payer tous ces chomeurs qui ont obligé leur patron à partir au Maroc,puis en Roumanie ,maintenant en Chine pour pouvoir conserver son compte à Singapour ,on s'appellerait Chine .
La cantine du Senat est toujours excellente et toujours à prix modéré ,mais comment font donc nos cumulards pour s'en sortir ? Certains senateurs comme Longuet se plaignent de n'etre pas assez remunerés ,il est vrai qu'à 68 ans.........
Vous y croyez vous à nos pauvres patrons?
Mauricette

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.