Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Le Mans Le trentenaire avait rencontré l’adolescente sur le net

0 12.01.2013 17:33

En avril et mai derniers, ils sont tombés amoureux et ont une aventure, puis des relations sexuelles après s’être rencontrés sur un site internet. Seul problème : l’âge de la jeune fille. Elle avait à l’époque 14 ans et demi.

À 28 ans, devant le tribunal, il présente très bien et ne fuit pas ses responsabilités. Il reconnaît être tombé amoureux d’une jeune fille mineure : « C’était après une rupture avec ma petite amie et le décès de mon père, à la suite d’un suicide. J’étais mal. J’avais besoin de parler. »

Alors il s’inscrit sur un site de rencontres réservé aux adultes. Un site sur lequel la jeune Sabrina (prénom d’emprunt) a déjà déposé son profil, affichant un âge de 18 ans pour pouvoir s’inscrire.

L’homme et la jeune fille entrent en relation, via SMS, puis MSN. Ils se plaisent. Puis, il devient insistant et provoque un premier rendez-vous, place de République au Mans. Des relations sexuelles vont suivrent, consenties par la victime mais coupables au regard de son âge. 

Le jeune homme reconnaît sa responsabilité : « J’ai su très rapidement qu’elle n’avait que 15 ans mais elle m’a dit qu’elle préférait la compagnie des hommes plus âgés. Nous discutions de tout, tous les deux. J’étais devenu amoureux. J’avais l’impression qu’elle l’était aussi. »

La situation va vite devenir difficile pour la jeune fille qui se retrouve dépassée par la portée de l’aventure. Trop de messages arrivent sur son téléphone. 

Les parents, avertis par des amis, portent plainte. Le procureur rappelle la loi : ces relations sexuelles sont interdites avec des mineures de moins de 15 ans. C’est pour protéger justement les adolescentes. « C’est facile d’embarquer une jeune fille de 14 ans lorsque l’on a le double de son âge, pour en arriver à avoir des relations sexuelles. »

L’avocat du prévenu tentera de minimiser la responsabilité de son client : « Il avait besoin de parler. Une véritable relation amoureuse s’est créée et ils se sont rencontrés tous les deux, d’un commun accord, dans un endroit très public. Leurs relations sexuelles ont été courtoises, respectueuses. »

Le tribunal l’a condamné à quatre mois de prison avec sursis et il est désormais fiché comme délinquant sexuel. Il devra verser 700 € de dommages et intérêts aux parents de la victime qui sera elle-même indemnisée plus tard.

Jean Benoît GAYET

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.