Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Le Mans Ils disent non à la zone commerciale de Béner

2 11.06.2016 17:50
Photo "Le Maine Libre" Yvon Loué

Photo "Le Maine Libre" Yvon Loué

Ils étaient une trentaine ce matin à s'être rassemblés au rond-point des Fontenelles pour une marche protestant contre l'implantation d'une zone commerciale à Béner. Si celle-ci voit le jour, un Ikéa devrait s'implanter. Le centre Leclerc des Fontenelles devrait également y déménager et une galerie de magasins s'installerait à la suite.

Mais l'affaire n'est pas gagnée et les opposants comptent bien faire entendre leur voix : "  Il y a au moins quatre erreurs dans le choix du site. Déjà c’est un coteau versant. Ensuite, c’est à proximité des habitations. Il s’agit d’un site enclavé et surtout, c’est à proximité du captage de l’usine des eaux se trouvant dans l’Huisne et produisant le système d’eau potable situé à l’Epau et alimentant la ville du Mans ", déclare Jean-Claude Quirvelle, président de l'association Amis et riverains de Béner.

Une enquête publique sur cette problématique de l'eau a débuté le 3 juin et se conclura le 8 juillet. En attendant, défenseurs et pourfendeurs du projet pourront faire entendre leur voix.

Plus d'informations dans nos éditions du "Maine Libre" datée de ce dimanche 12 juin.
A lire également sur ordinateur, tablette et smartphone 

Commentaires (2)

c'est pas désespéré
forhand sam, 11/06/2016 - 22:33

c'est pas désespéré, en tout cas finalement quelqu'un a fait machine arrière sur la construction d'un hôtel à la visitation et visiblement c'est un peu en catimini .
Ca ne serait pas Monsieur le Maire ?

Bravo pour les courageux sous la pluie battante
juju sam, 11/06/2016 - 19:42

Ce matin.
De bons génies qui se battent pour notre environnement et notre eau!
"....C’est vrai que nous sommes les champions d’Europe du nombre de mètres carrés commerciaux. C’est que la réglementation est particulièrement favorable. La loi Royer de 1973 avait mis des critères qui contenaient le développement de la grande distribution. Les projets devaient respecter le code de l’urbanisme, et les promoteurs devaient présenter une attestation certifiant que le projet respectait bien le plan local d’urbanisme et d’autres règlements. S’ils ne les respectaient pas, un projet pouvait être refusé. Mais, depuis 1996, ce certificat d’urbanisme n’est plus nécessaire. On peut déposer des projets en zones inondables.

La loi Royer avait instauré des schémas de développement commerciaux avec une densité de mètres carrés en fonction du nombre d’habitants, pour préserver un équilibre entre centre-ville et périphérie. Mais avec la loi de modernisation de l’économie de 2008, Nicolas Sarkozy a fait sauter ce critère. Il a aussi supprimé l’obligation de comparer le nombre d’emplois créés par le centre commercial à ceux détruits en centre-ville. Ou encore retiré la représentation des commerçants dans les commissions d’autorisation de centres commerciaux. Désormais, dans ces commissions, il n’y a plus que des politiques, et on voit le résultat !
De plus, depuis 2014, les associations environnementales ne sont plus considérées comme des personnes ayant intérêt à agir contre les autorisations de centres commerciaux. Elles ne peuvent plus lancer des procédures de recours.
Et enfin, c’est tout nouveau, en mars 2016, le contrôle des surfaces commerciales illicites a été supprimé. Donc si un promoteur construit plus que ce à quoi il a droit, personne ne contrôlera. On se demande pourquoi ils demandent encore des autorisations !

Comment expliquer que cette législation puisse être aussi favorable ?

Les lobbies. C’est la pression des promoteurs qui veulent couler du béton : Bouygues et Vinci sont sur tous les grands projets." Martine Donnette
https://reporterre.net/La-France-est-saturee-de-centres-commerciaux
La zone Bener n'est que le début du bétonnage.

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.