Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Le Mans Il redonne vie aux animaux de la future Maison de la forêt

3 28.12.2012 12:13
Christian Salmon avec quatre blaireaux que l’on retrouvera dans la Maison de la forêt.

Christian Salmon avec quatre blaireaux que l’on retrouvera dans la Maison de la forêt.

Photo « Le Maine Libre », Denis Lambert

La Maison de la forêt, à l’Arche de la Nature, devrait ouvrir ses portes à l’été 2013. Elle accueillera de nombreux animaux naturalisés par Christian Salmon, taxidermiste à Neuville-sur-Sarthe.

Pousser la porte de Christian Salmon, à Neuville-sur-Sarthe, c’est pénétrer dans un monde fantastique. Celui du monde animal. Mais pas n’importe lequel. Un monde immobile, celui des animaux naturalisés.

Le dernier en Sarthe

Taxidermiste depuis 35 ans et dernier à exercer cette profession dans le département, il s’est vu confier la préparation des animaux qui seront au cœur de la Maison de la forêt.

La faune sauvage de notre région sera représentée avec un couple de chevreuils, un cerf, un sanglier, deux faons. Le public pourra aussi découvrir des renards avec leurs trois petits renardeaux, ou cette laie avec trois marcassins.

Christian Salmon a également apporté tout son soin à des couples de bécasses et de faisans, ainsi qu’à des grives. Bref, dans cette future Maison de la forêt, la faune sarthoise sera au rendez-vous avec une  trentaine d’animaux à poils ou à plumes.

« Beaucoup ont été trouvés sur les routes autour de l’Arche de la Nature. Ils ont été amenés ici par les gardes, souligne Christian Salmon. La taxidermie répond à un cahier des charges très précis, avec une législation très encadrée. »

Sculpture de l’animal

Tout un art, la naturalisation des animaux. Le mot formol fait sourire notre homme. « Beaucoup croient encore que l’on fait une piqûre de formol pour conserver l’animal. Or il est dépouillé. Il ne reste que la peau. On prend les cotes de l’animal avant de le dépouiller et ensuite on refait une sculpture avec de la mousse polyuréthane. »

C’est alors tout le talent du taxidermiste qui entre en jeu. « À chaque fois, on se remet en question », insiste-t-il. Autodidacte, passionné de nature, Christian Salmon exerce sa profession depuis 1978 et sa clientèle (de toute la France) est constituée à plus de 9 % de particuliers.

Voici maintenant plus d’un an qu’il travaille sur les animaux de la maison de la Forêt. Début janvier, il ira sur place pour voir comment sa « petite famille », où l’on trouve aussi un couple de loups, sera présentée au public.

Didier FOUQUET

Commentaires (3)

C'est bizarre !
phuthanhdanh1 sam, 29/12/2012 - 16:42

Il y a quelque chose que je comprends pas . Pourquoi " Redonne vie aux animaux " ? Une question : Pourquoi sont-ils morts ? Morts de vieillesse ? Mort à la suite d'une battue ? Morts sous les balles des chasseurs ? Il ne serait pas mieux de les laisser vivre librement dans la forêt et de les observer à la jumelle ?

C'est pas faux!
rafo72 ven, 28/12/2012 - 21:00

Il est certes un peu dommage de soutenir à coups de fonds publics (donc d'impôts) des projets concurrents.
Il est vrai que l'image que donne l'Arche de la Nature de l'agriculture et de la nature est très artificielle et romantique. Bref une sorte de réserve d'Indiens.
Pour autant c'est aussi pour bon nombre de petits manceaux la seule manière d'approcher réellement une certaine réalité de celle-ci en dehors des documentaires TV et du poulet sous plastique ...
En tout cas bravo à M. Salmon qui arrive à résister à la complexité écrasante des textes règlementaires et à l'opprobe des "animalistes".

Maison ?
Diablinte ven, 28/12/2012 - 16:31

En Sarthe, il y a une très intéressante maison de la forêt, c'est Carnuta à Jupilles. Quel intérêt, sans compter le coût, de faire une copie à l'Arche de la nature ; c'est drôle cette propension de la ville du Mans à copier et ramener de la campagne, toutes les fêtes qui s'y trouvent ou trouvaient : pain, cochon, bois, etc etc... Mettre la campagne à la ville ? Pourtant, la ville est bien équipée, historiquement parlant, pour organiser des fêtes ou animations en accointance avec son passé mais pour cela, il est nécessaire de ne pas s'arrêter à la période Plantagenêt ...!!!! Et çà permettrait aux petits villages qui ont souvent lancé des animations festives de pouvoir continuer.

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.