Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Le Mans Hôpital sous tension : l'appel aux retraités

4 11.01.2017 07:39
Le directeur Olivier Bossard explique comment l'hôpital gère, depuis plusieurs semaines, l'afflux de patients. Photo archives « Le Maine Libre » Denis Lambert.

Le directeur Olivier Bossard explique comment l'hôpital gère, depuis plusieurs semaines, l'afflux de patients. Photo archives « Le Maine Libre » Denis Lambert.

Pour faire face aux épidémies hivernales, l'hôpital a dû ouvrir, en urgence, des lits supplémentaires et recruter des soignants intérimaires... et même faire appel aux jeunes retraités. Peu ont répondu.

Au plus fort de l'activité, « on est monté jusqu'à 200 passages par jour aux urgences, contre 160 en moyenne », précise le directeur de l'hôpital Olivier Bossard.  « En moyenne, on a eu deux à trois hospitalisations de plus par jour. Au bout de dix jours, ça fait 30 patients. On a donc été obligé d'ouvrir des lits supplémentaires. »

"On court partout"

« On a aussi essayé de rappeler de très jeunes retraités. Mais on a eu très peu de réponses », ne cache pas Olivier Bossard.

Pour les agents du centre hospitalier, cette gestion de crise n'a pas été de tout repos. « On court partout et dans tous les sens. » À l'hôpital du Mans, comme un peu partout dans le secteur de la santé, les employés sont fatigués, usés, débordés.

Plus d'informations à lire dans nos éditions du "Maine Libre" datées de ce mercredi 11 janvier.
A lire également sur ordinateur, tablette et smartphone 

 

Commentaires (4)

Que les gens prennent leurs responsabilités
fifi72 mer, 11/01/2017 - 17:15

A ma connaissance, on ne peut pas vacciner des personnes contre leur grès. J’entendais ce matin un médecin qui expliquait qu'un pourcentage non négligeable de personnes plus exposées que d'autres refuse le vaccin. Ce qui est aussi le cas dans les mêmes proportions pour les patients en maisons de retraite. Puis il indiquait que pour que le vaccin soit efficace, il fallait le recevoir au moins 3 semaines avant le pique de l’épidémie et que vouloir être vacciner aujourd'hui est donc devenu inutile. Attribuer la responsabilité du grand nombre de malades hospitalisées au seul ministère de la santé est un peu facile. Il reste effectivement que c'est le personnel hospitalier qui doit assumer cette charge de travail, et on ne peut que les féliciter pour le conscience professionnelle qui les anime.

ON COURT PARTOUT
Anne Barthe mer, 11/01/2017 - 11:09

Chapeau bas au personnel de l’Hôpital ! oui ils sont débordés, fatigués, usés mais EFFICACES et SOURIANTS ! Je suis moi même arrivées aux URGENCES (vers) 5 h dimanche matin avec une violente crise de coliques néphrétiques mes antécédents en la matière me faisait un peu paniquer ! la salle était pleine tout le monde se hâtait ! mais le calme de la personne qui m'a accueilli m'a tout de suite rassuré, j'ai été prise en charge rapidement et soignée, mes enfants qui m'avaient accompagné ont été informés de la situation de mon état ils ont pu repartir chez eux me sachant entre de bonnes "mains". les brancardiers qui m'ont pris en charge étaient eux aussi rassurants, rapides mais sans "panique" ni agacement. A mon arrivée dans le service urologie même accueil et pourtant vu l'heure tout le monde avait eu sa nuit de travail ! Je leur dit à toutes et tous MERCI ! Notre Ministre devrait peut-être avoir un jour besoin de vos services mais sans passe-droit et voir comment avec aussi peu de moyens humains chacun accomplit son travail avec rigueur et gentillesse, qualité indispensable dans un service médical.
Lorsque je suis sortie, je suis allée faire "ma sortie" tout est informatisée ... Le personnel a perdu son sourire Je ne sais pas si c'est plus rapide mais !!! quel manque de chaleur humaine !!!!

Grippe
AL Le Sceptique mer, 11/01/2017 - 09:54

On nous dit:Vaccinez vous,cette année , le vaccin est efficace!
On recule de semaine en semaine la fin de la vaccination en nous disant qu'il n'est pas trop tard
Et pourtant , l'épidémie progresse
Où est notre ministre de la santé? Sans doute frappée par la grippe mais pas celle du vaccin

supprimons la retraite !
passyl mer, 11/01/2017 - 08:42

notre société marche sur la tête.
un jour on met les cinquantenaires sur la touche.
maintenant les retraités vont revenir...
et pourquoi pas du bénévolat...
alors qu'il y a du chômage...
réponse, certes facile, mais à méditer !

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.