Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Le Mans Gâchis à l'école : "Outrée par ce qui est jeté à la cantine"

4 25.09.2012 07:16
Pour le personnel de cantine, la tâche n’est pas toujours aisée d’inciter les enfants à manger. Après les repas, les poubelles sont souvent pleines.

Pour le personnel de cantine, la tâche n’est pas toujours aisée d’inciter les enfants à manger. Après les repas, les poubelles sont souvent pleines.

Photo archives « Le Courrier de l’Ouest »

Annie(1) surveille le repas des enfants de l'école maternelle dans laquelle elle travaille au Mans. Elle témoigne du gaspillage.

« Même si une barquette n’est pas ouverte, elle part à la poubelle. »  Annie est Atsem (Agent territorial spécialisé dans les écoles maternelles) dans une école du Mans. Elle fait ce métier depuis plus de 20 ans. Le midi, elle aide les dames de cantine pour le repas des enfants.

« Même le bourguignon ils trouvent ça trop dur »

« Je suis outrée de voir ce qui est jeté quotidiennement. Il y a plein de gens qui ne mangent pas à leur faim et nous on jette tous les jours de grandes quantités de nourriture. » Elle évoque, un exemple parmi d’autres : ce seau de pommes intactes ou à peine croquées parties à la benne…

« J’aime pas ça »

Bien sûr, hors de question de ramener des reliquats à la maison ou des restes pour les animaux. C’est strictement interdit : ces repas ont été payés par les parents, la nourriture ne peut être récupérée par le personnel. « Mais ça fait mal au cœur tout ce gaspillage. » Seul le pain est récupéré et redonné à une association.

Annie trouve excessives les normes d’hygiène qui obligent à jeter le fruit seulement posé sur la table ou le yaourt même pas ouvert. Elle estime également qu’il y a un problème d’éducation des enfants.

« Nous mettons de petites quantités dans les assiettes des enfants afin de ne pas les écœurer mais certains sont très difficiles. Ils ne mangent presque rien. Ils ne savent pas terminer une assiette. Je pense qu’à la maison, les parents n’incitent pas les enfants à goûter. On voit que les enfants mangent ce qu’ils veulent chez eux. A la cantine, dès qu’ils voient le plat arriver, ils disent : "j’aime pas ça". »

« Les enfants ne savent plus mâcher, constate ainsi l’Atsem. Ils ne veulent plus que des viandes mixées, des biftecks hachés. Même le bourguignon, ils trouvent ça trop dur. Autrefois, on forçait les enfants à manger, maintenant c’est l’excès inverse. »

Pas le temps

Autant qu’elle peut, Annie incite les enfants à finir leur assiette. Elle explique aux plus difficiles qu’ils ne pourront sortir de table ou auront leur dessert que lorsqu’ils auront terminé leur viande.

Annie reconnaît que ce qu’elle fait, les dames de cantine ne peuvent pas le faire. « Les enfants ont environ 45 minutes pour manger. Il y a deux services. Les dames de cantine doivent nettoyer, faire le ménage, respecter des mesures d’hygiène très strictes. Elles n’ont pas le temps d’être derrière les enfants. »

Isabelle JULIEN

(1) Prénom d’emprunt

 

Commentaires (4)

@girondin
phuthanhdanh1 mar, 25/09/2012 - 22:24

En réponse à Girondin - Aaaaaah la bonne morale

Mais oui . Je suis révolté devant le gâchis dans les cantines ou ailleurs pendant que certains n'ont qu'un seul repas par jour . Je vous cite un autre exemple . Sur un bateau de croisière , j'ai pu constater , de visu , une dame qui se servait copieusement son goûter dans deux assiettes .Après quelques bouchées , elle se levait et quittait la table . Outré , je n'ai pas pu m'empêcher d'immortaliser cette scène devant des témoins Il y a des gens qui se comportent de façon détestable sur tèrre .

Vous avez raison
Phil33 mar, 25/09/2012 - 08:42

Les écoles, mais aussi les hôpitaux, les maisons de retraites, les établissements de soins de suite, les restaurants d'entreprises, les restos U .
Toutes ces structures sont obligées de jeter ce qui n'est pas consommé même si cela n'a pas été touché.
Et il n'y a plus les folkloriques voitures avec remorques chargées de poubelles qui venaient à l'arrière des cuisines récupérer les "eaux grasses" afin de nourrir les cochons.
Les réglementations n'ont pas que du bon.
Si les restos du coeur pouvaient bénéficier des surplus intacts, beaucoup de gens dans le besoin pourraient manger à leur faim.

Il n'y pas qu'à...
phuthanhdanh1 mar, 25/09/2012 - 08:35

...la cantine scolaire . Hélas ! J'ai maintes fois remarqué dans les banquets de la Saint-Vincent ou autres dans nos villages , les convives laissent le contenu de leur assisette à moitié consommé .Je n'ai pas pu m'empêcher de dire à mes voisins de table : " Quel gâchis ! Il y a des gens qui ne mangent pas à leur faim " . A réfléchir !

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.