Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Le Mans FC Pour les traiteurs du club, la note est salée

7 05.09.2013 18:15
Pour tous ces spécialistes du petit-four, on est loin de l’ambiance festive.

Pour tous ces spécialistes du petit-four, on est loin de l’ambiance festive.

Photo archives "Le Maine Libre"

Jusqu’à présent discrets, les créanciers du Mans FC ne se cachent plus. La liquidation judiciaire de MTG, chargée d’assurer la sécurité des matches à domicile du Mans FC, a ravivé les craintes chez tous ceux qui ont une ardoise auprès du club manceau, en redressement judiciaire.

« La situation, je la vis très mal et je suis énervé contre la direction du club », confie ainsi Ludovic Fillette, dirigeant du restaurant les Tontons, qui fait aussi traiteur. « Actuellement, Le Mans FC me doit 43 000 €. J’avais accepté une baisse de 30 % et, en échange, on devait être payé », explique le dirigeant qui n’a pas vu le moindre centime entrer dans les caisses.

Le sentiment dominant, c’est celui de s’être fait rouler dans la farine, sachant qu’il valait mieux ne pas parler au risque d’être exclu des fournisseurs. Résultat, Ludovic Fillette a baissé son salaire de 25 % et devra serrer les boulons pendant environ deux ans. Avec, en plus de l’ardoise, l’arrêt d’une activité source de chiffre d’affaires.

À Laigné-en-Belin, Thomas Renaud (Renaud traiteur) avait un peu anticipé. Connaissant les difficultés du club, il a limité les dégâts tout en gardant un pied dans la place au cas où il y aurait sauvetage.

« J’ai limité le risque à deux matches. À chaque fois je disais aux dirigeants : si vous ne payez pas le match précédent, je ne fais pas le réceptif du prochain. » La méthode a limité la perte à 32 000 €, tout en restant dans les futurs fournisseurs potentiels du stade…

Si la somme reste importante, elle reste gérable pour une structure comme celle de Thomas Renaud. Celui-ci précise quand même que l’arrêt de l’activité représente deux emplois.

Avec un montant voisin de 80 000 €, Thierry Breton est le traiteur le plus touché. « Le mal est fait. On a développé, on a travaillé, on a payé de la communication auprès du club, on a acheté des places. Inversement, le club n’a pas tenu ses engagements », explique, amer, Thierry Breton qui a baissé sa rémunération d’environ 20 %. « Non seulement vous n’êtes pas payé mais en plus vous n’avez plus cette activité. »

Pour Thierry Breton, c’est la disparition d’une charge de travail pour 4 à 5 personnes. Dans une structure qui en compte 14 (26 équivalents temps plein avec les extras), c’est beaucoup.

Il refuse pourtant de baisser les bras. « Ça fait 16 ans qu’on travaille et l’important c’est de conserver notre niveau de qualité. » Si l’ardoise reste en l’état, le dirigeant estime quand même qu’il faudra deux à trois ans pour l’effacer.

Bruno MORTIER

Commentaires (7)

pauvres traiteurs
PETIT ven, 06/09/2013 - 11:35

Pendant des années,ils se sont bien"sucrés"des largesses du club qui dépensait sans compter-Et pourquoi la ramener aujourdh'ui,pour certains d'entres eux les ardoises remontent à 2011...et ils ont continué,a alimenter les beuveries du club !!!!!Faites le deuil de ces dettes,ou faites saisir la Bentley du président!!!!

pauvres traiteurs
PETIT ven, 06/09/2013 - 11:35

Pendant des années,ils se sont bien"sucrés"des largesses du club qui dépensait sans compter-Et pourquoi la ramener aujourdh'ui,pour certains d'entres eux les ardoises remontent à 2011...et ils ont continué,a alimenter les beuveries du club !!!!!Faites le deuil de ces dettes,ou faites saisir la Bentley du président!!!!

et ça continue et maintenant
back72 jeu, 05/09/2013 - 21:57

et ça continue et maintenant les traiteurs payés en monnaie de singe et demain a qui de crier famine , pas au président du club pour l instant ça ne doit pas lui couper l appétit je pense que ce sympathique chef d entreprise n'hésitera a proposer des plans de sauvetage a ceux qui devant la crise n auront pas les moyens d'honorer leurs créances suite au travail qui aura été fait par le personnel de son entreprise

Aux sens propre et figuré!
christophe.leroi jeu, 05/09/2013 - 20:56

Je confirme le propos...certains s'en sont mis plein la panse! En semaine, au MMarena....
Aux frais des traiteurs...!
Du beau monde, des VIP locaux avec petits-fours et Champagne!
Et qui ont lancé un appel aux contribuables il n'y a pas si longtemps pour régler la dette!

faut pas se plaindre !
inscrip jeu, 05/09/2013 - 18:35

quand on voit un club couler et bien on fait pas affaire avec !!!

les petits fours et les traiteurs on s'en passe !

quand à tous ceux qui s'en sont mis plein l'estomac ils doivent avoir une indigestion ! je ne les plaint pas !

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.