Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Le Mans Ecologie et littérature jeunesse : deux journées d’étude à l’Université

0 17.06.2015 16:20
Nathalie Prince : « Littérature jeunesse et écologie sont alliées depuis longtemps ».

Nathalie Prince : « Littérature jeunesse et écologie sont alliées depuis longtemps ».

Photo DR

Ces jeudi 18 et vendredi 19 juin, l’Université du Maine accueille des journées d’études sur l’écologie dans la littérature jeunesse. À l’origine de cette initiative, Nathalie Prince dirige le programme régional « EcoLitt ».

« Le Maine Libre » : Que vient faire la littérature jeunesse à l’Université ?

Nathalie Prince : Angers, Nantes et Le Mans forment un pôle avec des recherches complémentaires. Le but est de promouvoir la littérature jeunesse à travers des enseignements adaptés. Cette littérature s’approche comme la littérature générale avec un grand « L ». Son étude passe par les mêmes outils et le même sérieux. C’est un genre audacieux et très inventif.

Qui suit cet enseignement ?

Au Mans, nous sommes identifiés « Littérature jeunesse et numérique ». C’est un laboratoire très dynamique qui propose un enseignement à distance. En Master 1, la promotion de cette année compte 80 étudiants. Nous touchons les enseignants, les bibliothécaires mais aussi les métiers de la librairie et de l’édition. La littérature jeunesse est en pleine expansion et offre de nombreuses opportunités d’emplois. Les retours que nous recevons sont très satisfaisants. Certains étudiants deviennent auteurs… Il en est une qui « cartonne » chez Hachette avec sa réécriture des « Petites Filles modèles » remises au goût du jour. Enfin, la formation très complète s’adresse aussi aux métiers de l’enfance.

Vos deux journées d’études portent sur « Littérature jeunesse et écologie ». Quel est le lien ?

L’intérêt pour l’environnement est très présent dans les histoires. C’est devenu une tendance très forte même si écologie et littérature jeunesse sont alliées depuis longtemps. « Le Petit Prince » responsable de sa rose en offre un bel exemple. Saint-Exupéry l’a écrit en 1943, bien avant la naissance des mouvements écologistes. Cette préoccupation rejoint aussi les dystopies, ces récits basés sur des sociétés imaginaires qui virent au cauchemar comme « Hunger Games ». Les ados adorent ça. Enfin, l’écologie peut éveiller les consciences. « La Reine des neiges » d’Andersen en donnait dès le XIXe siècle un bel exemple. Ces deux journées s’adressent donc à tout le monde.

Propos recueillis par Frédérique BREHAUT

Nathalie Prince publie chez Colin « La Littérature de jeunesse ».

 

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.