Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Le Mans De la rumeur à la vérité judiciaire : trois ans de prison pour un viol

0 05.06.2015 21:01
La peine de cinq ans de prison a été assortie de deux ans de sursis.

La peine de cinq ans de prison a été assortie de deux ans de sursis.

Photo archives "Le Maine Libre" Hervé Petitbon

La Cour d'assises de la Sarthe a condamné ce vendredi soir Michel Failleau à cinq ans de prison, dont deux ans avec sursis.

L'homme, âgé de 69 ans, a été acquitté pour le viol d'un handicapé, en raison de la prescription des faits.

Restaient les agressions sexuelles et le viol sur la fillette, âgée de 9 à 13 ans à l'époque. Dans un courrier en date du 14 décembre 2009, la victime a dénoncé neuf faits. En pleurs face à la cour, la jeune femme est revenue en détail sur ces atteintes à son intimité.

L'avocate générale a évoqué un « dossier pollué par des rancœurs et des jalousies ». Dans le quartier, chacun a une bonne raison d'en vouloir à l'autre. Alors, qui dit vrai ?

« La cour d'assises a été le lieu où tous les mensonges ont été racontés mais où la vérité doit éclater », clame Maître Alain Ifrad, l'avocat de la jeune femme. « C'est un procès de misérables, mais ce ne doit pas être un procès misérable », ajoute-t-il. « Ce n'est pas une histoire entre eux, ce n'est pas une histoire de gueux. »

+ Viol sur une fillette et un handicapé : huit ans de prison requis

+ Jugé pour viol, l'accusé est-il un manipulateur ?

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.