Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Le Mans Concert d'Olivia Ruiz : "Mon show le plus sobre et le plus fou" [Vidéo]

0 14.03.2013 17:34
Voir la vidéo

La chanteuse voyageuse fera escale ce jeudi soir sur la scène de l’Oasis avec « Le calme et la tempête ».

« Le Maine Libre » : Pour ce 4e album, vous avez composé seule pour la première fois. Vous vous sentiez prêtes pour le faire ?

Olivia Ruiz : C’est une histoire de contexte. Comme je n’étais pas en France et que je voyageais en solo, ça s’est imposé. Quand je suis rentrée en France après six mois de promenade en solo dans divers pays, je n’ai même pas réalisé que j’avais fait ce disque toute seule. Je me suis dit : « Bon qui est-ce que je vais pouvoir appeler pour ces nouvelles chansons ? » et en vidant mon ordinateur, je me suis rendue compte que j’avais 14 chansons et que dans ces quatorze il y en avait douze qui formaient un ensemble plutôt cohérent et que du coup, je pouvais déjà rentrer en studio.

Comment avez-vous choisi les destinations de votre voyage en solitaire ?

C’est un peu un hasard. J’ai appelé mon frère et je lui ai dit que j’aimerais bien bouger et que je cherchais une idée de destination pas craignos pour une fille toute seule. Je voulais un territoire où l’on parle espagnol, pour que je puisse très vite me mettre dans l’ambiance. Il m’a conseillé Cuba, où il y a très peu de délinquance puisque les gens sont réprimés et contrôlés par le gouvernement. Je me suis promenée, j’ai passé deux mois à Cuba à faire toute la partie ouest du pays. C’était génial, j’ai dansé, fait de superbes rencontres.

Et ensuite, changement d’ambiance à Los Angeles…

Après Cuba, je suis partie à Bogotta, ça a fait une transition. Mais le changement radical était voulu. Après Cuba, je me suis dit qu’il fallait que je me mette au travail. J’apprenais à cuisiner les plats locaux, je prenais des cours de percus, je dansais mais, finalement, le travail n’avançait pas. C’est comme ça que j’ai eu l’idée de partir à Los Angeles. J’y étais déjà allée pour faire une série de concerts. J’avais adoré Venice beach. Je savais qu’aux Etats Unis, il est très compliqué de faire des rencontres, de se faire rapidement des amis et c’était exactement ce qu’il me fallait. Je voulais m’autocondamner à l’enfermement pour travailler mais, en même temps, avoir la mer, les skateurs, les surfers pour me changer les idées et retrouver un mode de vie très sain.

Pourquoi avoir fait de la chanson « Le calme et la tempête » le titre éponyme de l’album ?

C’est un mélange de plein de choses. Je trouvais que les thématiques, notamment celle du pouvoir, me faisaient penser à une œuvre de Shakespeare que j’adore : « La tempête ». De plus le morceau est, pour moi, à la fois complètement hors de l’album et en même temps il lie tous les autres morceaux entre eux. « Le calme et la tempête », c’est moi puisque je peux être très énergique sur scène ou quand il s’agit de faire la fête et très calme dans la vie.  C’était une évidence.

Vous venez de recevoir un 3e Globe de cristal. Comment avez-vous vécu cette récompense ?

Pour les Globes de cristal, ce sont les journalistes qui votent. Ça n’a rien à voir avec les Victoires de la musique ou d’autres récompenses. Quand on voit la liste des journalistes, ça fait peur. On se dit « ouh la la, est-ce que ces gens qui sont très intransigeants aiment quelqu’un comme moi ? » Ça fait d’autant plus plaisir d’être récompensée par des gens aussi pointus. C’est encourageant de voir des critiques féroces qui me choisissent parmi des artistes géniales telles que Daphné ou Lou Doillon.

Propos recueillis par
Mathilde BELAUD

Oasis, ce jeudi, à 20 heures.
Tarifs : de 30 € à 32 €. 

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.