Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Lavaré 14-Juillet : la Bastille de nouveau prête à s'enflammer

0 13.07.2015 16:21
L’embrasement de la Bastille reste toujours le clou du spectacle du son et lumière de Lavaré.

L’embrasement de la Bastille reste toujours le clou du spectacle du son et lumière de Lavaré.

Photos archives "Le Maine Libre", Olivier Blin

De tous les embrasements révolutionnaires, Lavaré reste le plus populaire du département. Mardi, autour du plan d’eau, la Bastille sera une nouvelle fois prise d’assaut avant de partir en fumée.

Sacrée aventure que celle de la prise de la Bastille à Lavaré, le 14 juillet ! Sans remonter jusqu’à 1789, le coup d’œil dans le rétro local suppose quand même un joli saut dans le temps pour remonter le fil historique de cette reconstitution révolutionnaire.

Lavaré s’offre la tête du gouverneur

Flash-back ! En mars 1977, Roger Massé, professeur d’école émérite et communiste convaincu, remporte la mairie de Lavaré dans ce canton de Vibraye qui n’était pas forcément réputé pour être un fief de la gauche. Au même moment, Robert Jarry, au Mans et Yvon Luby à Allonnes réussissent également à hisser le drapeau rouge sur le fronton de leur mairie alors que Jean-Claude Laude, autre figure du Parti communiste est réélu à Champagné.

Pour marquer ces différentes victoires de la gauche prolétarienne dans le département, le truculent Roger Massé, toujours dans les bons coups lorsqu’il s’agit de faire participer son peuple, organise dans sa commune de 800 habitants sa première reconstitution de la prise de la Bastille. Le 14 juillet, à Lavaré, entre immédiatement dans les annales et la commune va finir par s’identifier à ce rendez-vous estival incontournable. Pas moins de cent bénévoles (installateurs, figurants, comédiens) participent à l’événement.

Des remparts pour accéder aux animations

38 années plus tard, la prise de la Bastille de Lavaré reste toujours l’incontournable rendez-vous de l’été dans le canton de Vibraye. Si c’est toujours un Massé (Nicolas, le fils, apparenté communiste) qui gère les affaires de la commune, c’est une association, sobrement intitulée « Le 14 juillet, c’est à Lavaré » qui organise et gère l’événement.

Mardi, la 38e prise de la Bastille sera une nouvelle fois suivie par des centaines de spectateurs. Olivier Dronne, le président de l’association, par ailleurs adjoint au maire, décline les nouveautés de l’édition : « En bordure de plan d’eau, cette année, des remparts ont été érigés, confectionnés par Bruno. Le public pourra les emprunter pour accéder aux animations. Le soir, lors du « son et lumière » et du dîner spectacle, nous avons également intégré une nouveauté à notre scénario. Une guillotine a été fabriquée pour trancher, à la fin de la représentation, la tête du gouverneur de la Bastille avant l’embrasement général. »

L’esprit vindicatif et revendicatif des débuts de l’aventure perdure donc, le peuple restant le grand vainqueur de cette évocation historique. Un peuple qui sera non seulement abreuvé d’images mais aussi rassasié de victuailles.

Le président Dronne confirme : « Le jeune chef cuistot de notre cantine municipale va nous concocter un repas uniquement basé sur des produits frais et locaux. » 

Au menu : cochon grillé, tarte tatin avant de trancher la tête du gouverneur et de laisser la Bastille s’embraser dans un grand feu d’artifice. 

Jean-Benoît GAYET

Retrouvez le programme complet de la prise de la Bastille à Lavaré, ainsi que celui de toutes les festivités du département, dans "Le Maine Libre" de ce lundi 13 Juillet. A lire également en version numérique en cliquant ici

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.