Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Justice Six mois avec sursis pour l’ancien distributeur de tracts

1 30.06.2014 15:07
Le tribunal correctionnel du Mans a condamné ce lundi à six mois de prison avec sursis et 3 000 € d’amende un ancien employé de la société de distribution de tracts publicitaires Adrexo.

Le tribunal correctionnel du Mans a condamné ce lundi à six mois de prison avec sursis et 3 000 € d’amende un ancien employé de la société de distribution de tracts publicitaires Adrexo.

Le tribunal correctionnel du Mans a condamné ce lundi à six mois de prison avec sursis et 3 000 € d’amende un ancien employé d'une société de distribution de tracts publicitaires pour abus de confiance et élimination irrégulière de déchets.

Ce retraité aujourd’hui âgé de 69 ans a été reconnu coupable d’avoir enfoui sur son terrain de Roulée, en Sarthe, pas moins de 367 tonnes, soit plus de neuf millions, de prospectus assurant notamment la publicité du centre Leclerc d’Arçonnay.

Lors de son procès devant le tribunal correctionnel du Mans, le 2 juin, le prévenu avait reconnu les faits mais dénoncé « un système connu de tous » chez Adrexo. Il avait mis en cause ses trois anciens chefs d’agence à Alençon, accusés d’avoir fermé les yeux.

Amendes pour les chefs

Deux d’entre eux ont été condamnés ce lundi à 5 000 € d’amende, le troisième à 1 000 € avec sursis.

Lors de l’audience du 2 juin, le prévenu avait expliqué l’intérêt de la fraude mise en place : économiser les frais de destruction des surplus de tracts et ne pas avoir à déduire de ses factures le montant des documents non-distribués. Le tout en encaissant les trois centimes par prospectus facturés à Alençon Distribution, exploitant du Leclerc d’Arçonnay.

La société Alençon Distribution a chiffré son préjudice à plus de deux millions d’euros.

Julien PROULT

Commentaires (1)

Indifférence
Pandore lun, 30/06/2014 - 16:18

Dans nos villes et petites communes, combien de PME et artisans ont des "décharges sauvages" sur des terrains privés ?

Même des gravats ( ardoises, placo,terre,pierres,...) à partir d'un certain volume c'est interdit , sauf avec autorisation .

Cela se fait le plus souvent dans l'indifférence des élus locaux, garde champêtre et tout le toutim.

C'est à se demander si ils sont conscients de l'illégalité de cet état de fait !

On réalise le problème à la vente ou fermeture d'une entreprise, et les sommes pour nettoyer sont considérables.
Alors le citoyen bonne poire paye !

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.