Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Justice Ils se mobilisent pour qu’Alain Tesson ne sorte pas de prison

0 08.01.2013 14:14
Plusieurs des membres du comité de soutien ont fait le point sur leur action en cours. Ils organiseront jeudi soir une réunion publique en mairie.

Plusieurs des membres du comité de soutien ont fait le point sur leur action en cours. Ils organiseront jeudi soir une réunion publique en mairie.

Photo "Le Maine Libre"

Alain Tesson, qui a violé et tué Priscillla en 2001, a demandé à sortir de prison pour raison de santé. Un comité de soutien aux parents de l’adolescente se mobilise pour que cette requête n’aboutisse pas.

Il y a quelques jours, ils ont déposé des pétitions chez les commerçants de Mansigné. Ils ont aussi créé l’adresse mail alamemoiredepriscilla@hotmail.com, ainsi qu’une page facebook intitulée « comité Priscilla ».

Déjà mobilisés en 2005

Leur objectif ? « Obtenir un maximum de signatures, et de clics, pour faire en sorte qu’Alain Tesson n’obtienne pas la suspension de peine qu’il vient de demander.  Nous recevons déjà un soutien important. »

Tous proches des parents de la petite Priscilla, violée et tuée en 2001, ils s’étaient regroupés en collectif en 2005. « À l’époque, c’était pour réclamer que le procès d’Alain Tesson, qui avait été reporté plusieurs fois, ait bien lieu. Nous étions allés à Paris, au ministère de la justice, pour y déposer une pétition qui avait réuni environ 4 000 signatures », explique Nelly. Peu de temps après, en mars 2005, le bourreau de Priscilla avait comparu devant la cour d’assises de la Sarthe et avait été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie de 22 ans de sûreté.

« Nous sommes tombés des nues »

Aujourd’hui, cette vingtaine de personnes est donc à nouveau mobilisée. « La demande de suspension de peine d’Alain Tesson a été refusée le 19 décembre dernier, mais il a fait appel. La décision sera rendue par le tribunal de l’application des peines, à Pau, le 15 janvier. Ce qui ne nous laisse que peu de temps pour agir, déplore Guy, l’un des membres du collectif. En mars 2005, après le procès, nous pensions que tout était enfin fini. Nous sommes tombés des nues lorsque Guy et Martine Milon, les parents de Priscilla, nous ont appris que l’assassin de leur fille demandait à sortir. Comment ose-t-il après ce qu’il a fait ? »

« Nous craignons le pire »

« Pour nous mais surtout pour Guy et Martine Milon, qui vivent un cauchemar depuis 11 ans, c’est une nouvelle souffrance, une nouvelle violence. Il avait été condamné à 22 ans de sûreté mais on se rend compte que le mot incompressible ne veut rien dire en France, se désole Nelly. En 1989, Alain Tesson avait été condamné à 15 ans de prison pour avoir violé sa propre fille. Il était sorti pour bonne conduite, et a récidivé. Aujourd’hui, s'il ressortait, même malade, il serait tout à fait capable de recommencer. C’est d’ailleurs ce qu’ont dit les juges en décembre pour justifier leur refus de le libérer. Alors, nous ne comprendrions pas qu’en appel, la décision du tribunal aille en sa faveur. Nous avons confiance en la justice, mais nous craignons le pire. »

Jeudi soir à 20 heures, les membres de ce comité de soutien organiseront une réunion publique à la mairie de Mansigné. « Nous ferons le point sur les signatures et sur les commentaires récoltés sur facebook et sur notre adresse mail, indique Marie-Noëlle. Nous espérons vraiment que les gens vont se mobiliser pour venir au soutien des parents de Priscilla. »

Nicolas FERNAND

+Le témoignage des parents de Priscilla

+Pourquoi l'Ehpad de Haute-Garonne accepte d'accueillir Alain Tesson

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.