Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Jeux vidéo Êtes-vous adeptes du retrogaming ? [Votre avis]

0 26.02.2013 12:24
Thomas Marchand ne rougit pas de consacrer plus de vingt heures par semaines aux vieux jeux vidéo qu’il apprécie pour leur complexité et leur originalité. Au contraire, partager sa passion fait partie de l’esprit des retrogamers.

Thomas Marchand ne rougit pas de consacrer plus de vingt heures par semaines aux vieux jeux vidéo qu’il apprécie pour leur complexité et leur originalité. Au contraire, partager sa passion fait partie de l’esprit des retrogamers.

Photo "Le Maine Libre", Hervé Petitbon

A La Bazoge, une association regroupe des adeptes de consoles d’antan. Ses membres invitent les amateurs à remonter quarante années d’histoire à travers les jeux vidéo. Portrait d’un accroc.

Il est tombé dedans depuis ses 3 ans et n’a jamais vraiment lâché les manettes. Thomas Marchand est l’un des derniers nés de l’association Retrotaku. Elle regroupe des fans d’anciens jeux vidéo à La Bazoge. Mais aussi un des plus calés.

« Il y a un jeu que j’ai commencé à 8 ans et fini il y a un mois »

Dimanche, dans la salle de l’espace George-Sand, le jeune homme de 24 ans accueille ceux qui souhaitent partager son hobby quelques heures. Quarante années de jeux vidéos sont mises à disposition pour l’après-midi. Devant les curieux, Thomas Marchand retrace l’histoire de chaque console, du premier Pong à la Sega Megadrive, comme s’il commentait une exposition.

L’adepte de « retrogaming » ne serait pas pour autant un expert. « On peut toujours en apprendre davantage : sur les consoles, les mécanismes et ceux qui les développent », pense-t-il. Le mouvement s’intéresse à des consoles considérées comme dépassées « pour la plupart des gens ». Mais pas pour lui.

« Il s’agit de vieux jeux par définition. En revanche, les graphismes et la jouabilité peuvent très bien être excellents », rappelle Thomas Marchand. Et ce dernier de citer Donkey Kong Country comme référence. Car le secrétaire de Retrotaku parle de son sujet de prédilection comme d’une science.

« Il y a des projets de créations de fondations et d’écoles dans ce domaine en France. Il y a même des historiens spécialisés », assure-t-il, très sérieux. Parmi les maîtres à penser du joueur, « Marcus », chroniqueur renommé sur la toile à travers les sites Game one et No life. « Si jamais je pouvais le rencontrer, j’aurais des milliards de questions à lui poser, nous discuterions pendant des heures. »

Sa console de cœur : la Nes qui lui évoque le plus de souvenirs

En attendant, il retrouve la quinzaine de membres de l’association chaque mardi soir pour « jouer, comparer nos scores, s’échanger des astuces ou juste débattre ». Chacun ayant tendance à défendre sa « console de cœur ». Pour Thomas, il s’agit sans hésitation de la Nintendo Nes. Celle de ses premières « prises de têtes, ses premières overdoses et ses premiers coups de gueule ».

Celle qui évoque « le plus de souvenirs » au jeune homme, nostalgique au point de ne pas envisager de décrocher. « Il y a toujours des jeux qu’on n’a pas complètement terminés. Je ne suis pas arrivé au bout de la Quête des émeraudes du chaos pour connaître la vraie fin de Sonic. »

Et c’est bien ce qui lui plaît. « Aujourd’hui, le niveau de difficultés n’est plus le même. Il y a un jeu que j’ai commencé à 8 ans et fini il y a un mois. Tandis que les plus célèbres des nouveautés se bouclent parfois en 7 heures. »

D’autant que les concepts commercialisés n’évolueraient pas forcément dans le bon sens. « Tout tourne autour des combats, de la guerre et du sport. Cela ne m’amuse pas autant que les jeux auxquels je jouais quand j’étais petit. Et la difficulté n’est pas la même non plus. »

Pas de quoi donc considérer un « retrogamer » comme un marginal. A ceux qui s’inquiètent pour sa vie sociale, Thomas Marchand rétorque que c’est grâce au hobby auquel il consacre plus de vingt heures par semaine qu’il a rencontré sa petite amie.

Emeline DEVAUCHELLE

 

Retrotaku, 1, rue des Hortensias, espace George-Sand, La Bazoge.
Les membres se réunissent tous le mardis soir à partir de 20h30.
Prochaine après-midi jeux ouverte au public en mars.
www.retrotaku.com 

Donnez-nous votre avis :

 

sondage

sondage

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.