Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Insolite A Mézières-sur-Ponthouin, il neige... du pollen !

1 29.07.2014 18:45
Les habitants qui habitent au pied de la peupleraie ramassent le pollen par poignée. Photo « Le Maine Libre » Olivier Blin

Les habitants qui habitent au pied de la peupleraie ramassent le pollen par poignée. Photo « Le Maine Libre » Olivier Blin

Mézières-sur-Ponthouin, dans le Nord Sarthe, subit depuis environ cinq ans une véritable pollution au pollen.

Cette année, le problème s’éternise et s’amplifie. Résultat : on croirait qu’il neige en plein été !

Une peupleraie, plantée il y a une vingtaine d’années aux portes du village, empoisonne la vie des habitants de Mézières-sur-Ponthouin. Et ça va de mal en pis !

« On a l’impression qu’il neige en plein été »

« Depuis 4 à 5 ans, on a l’impression qu’il neige en plein été », raconte Marc Surin, qui habite rue de la deuxième Division blindée.

Sa maison est située au pied des peupliers, qui crachent depuis le début du printemps une quantité impressionnante de leurs fleurs blanches.

Et c’est tout… sauf romantique !

 

Impossible d’ouvrir les fenêtres sous peine de retrouver des moutons sous les meubles. Dans la courette à l’arrière, les pollens s’accumulent.

Madame n’ose plus étendre son linge et, pour profiter des barbecues en plein air, il faut par la casse nettoyage.

Galère ! Garages et débarras ne sont pas épargnés.

« Tout le monde s’en fout !  L’an dernier, j’ai alerté la mairie avec une pétition signée par une cinquantaine de personnes. Rien n’a été fait »

Malheureusement, les choses ne se sont pas arrangées. Bien au contraire.

« D’habitude, le phénomène dure un bon mois, au printemps. Là, il perdure », constate Marc Surin. « Ça a commencé en mai. Nous sommes fin juillet, et il y a toujours autant de pollens. »

Plusieurs enfants de la commune ont développé des allergies. Symptômes : éternuement, yeux qui piquent, nez qui coule ; même un chien aurait été atteint.

« Il n’arrêtait pas d’éternuer. Il est mort l’an passé », raconte Marc Surin.

Plus d'informations dans nos éditions du "Maine Libre" de ce mercredi 30 juillet.

A lire aussi sur ordinateur, tablette et smartphone.

Commentaires (1)

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.