Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Sarthe Grosse mobilisation autour des parents de Priscilla

0 14.01.2013 11:21
Le comité de soutien, en présence de Martine et Guy Milon (debout à droite), a fait le point sur l’action qu’il mène depuis quelques jours.

Le comité de soutien, en présence de Martine et Guy Milon (debout à droite), a fait le point sur l’action qu’il mène depuis quelques jours.

Photo "Le Maine Libre"

Ce mardi à Pau, le tribunal d’application des peines dira s’il accepte ou non la suspension de peine demandée par Alain Tesson. Le comité de soutien aux parents de Priscilla poursuit sa mobilisation.

« Etre humain, oui bien sûr. Mais dans certains cas, l’humanité a ses limites. » Jeudi soir, à la mairie de Mansigné, le comité de soutien à Guy et Martine Milon, les parents de Priscilla, a organisé une réunion publique pour le marteler encore : « Alain Tesson ne doit pas sortir de prison. »

Des soutiens de France et de l’étranger

Pourtant, demain, c’est ce qui pourrait se produire. En novembre dernier, celui qui a violé et enterré vivante Priscilla, en 2001, a demandé une suspension de peine pour raison médicale, depuis sa cellule de Lannemezan. Le 19 janvier dernier, le tribunal de l’application des peines de Tarbes a refusé cette requête mais Alain Tesson a fait appel, et sera fixé ce mardi sur son sort.

« C’est vrai, les prisonniers ont des droits mais il y a des limites », ont insisté jeudi soir les membres de ce comité de soutien qui, depuis une dizaine de jours, se sont activés pour rallier à leur cause. A Mansigné, des pétitions ont circulé. En fin de semaine, plus de 1 200 signatures avaient été recueillies.

Sur internet, une adresse mail, alamemoiredepriscilla@hotmail.com, a été créée, ainsi qu’une page facebook intitulée « Comité Priscilla. » « Nous y avons recensé plus de 500 personnes qui se sont déclarées amies », indiquait-on jeudi soir.

Demain, Me Alain Ifrah, avocat de la famille Milon aux côtés de Me Gallot-Lavallée, se déplacera à Pau et emmènera avec lui ces pétitions. « Nous avons reçu des soutiens de partout en France mais aussi de l’étranger, précisaient les instigateurs de cette action. Des gens connus se sont manifestés à nos côtés mais aussi beaucoup de jeunes qui ont connu Priscilla au collège et qui ne l’ont pas oubliée. Nous avons reçu des messages très forts, avec parfois des mots très durs. »

Réaction prévue en cas de libération

« Maintenant, nous attendons la décision de la justice. Nous sommes confiants, mais vigilants. Nous ne pouvons être sûrs de rien. Si d’aventure Alain Tesson obtenait gain de cause, il nous faudrait agir très vite, et de façon très forte. » Ainsi était-il envisagé, au cas où, de mettre en ligne une pétition publique, d’interpeller la ministre de la Justice, le président de la République, et même d’aller à sa rencontre. « S’il ressort, nous serons opérationnels dès le 16, et  la mobilisation deviendra forcément très forte. »

Présents lors de cette réunion, les parents de Priscilla ont pris à leur tour la parole. « Un grand merci à tous ceux qui se mobilisent, ça fait chaud au cœur. Aujourd’hui, c’est nous qui sommes touchés, demain, ça peut être n’importe qui », a déclaré Martine Milon, avant de poursuivre : « très peu de gens victimes de ce genre d’individus sont abattus et ne se battent pas. Nous, nous n’en pouvons plus, mais si nous tenons c’est parce que nous sommes soutenus. Nous nous disons aussi qu’il y a pire que nous : ceux et celles qui cherchent toujours leur enfant. Nous avons été en relation avec monsieur  Mouzin, le papa de la petite Estelle. »

Nicolas FERNAND

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.