Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Édito Les bienfaits de l'air du large

2 05.01.2013 11:15

Cette fois ça y est, on est en 2013. Un bon cap de franchi. La fin du monde est derrière nous et on n'a plus qu'à reconstruire. Règle de base: tout est possible. Pas forcément côté budget, on l'aura compris, mais au moins pour ce qui est des idées et de l'envie. Cette année, c'est juré, on arrête de radoter avec tous les ronchons de la Terre.

Enfin, "de la Terre", façon de parler. Parce que c'est plutôt dans notre coin, sous nos latitudes grincheuses qu'ils ont l'air de se bousculer, les jamais contents. Prenez le Cap Horn, par exemple. Est-ce qu'il y a des ronchons, au Cap Horn? On y croise surtout les peur-de-rien du Vendée Globe, qui foncent dans les vagues à 20 nœuds de moyenne, sabre au clair face à l'océan. Et ça devrait nous faire rêver.

Alors la mare aux canards, les ronds dans l'eau, les clapotis et les petits tours à la rame, très peu pour nous. Les Français ont surtout besoin d'air dans les cheveux et de grand large. Du moins s'ils se décident à remettre le nez dehors. Les horizons crapoteux, ça les étouffe. Il leur faut du panache et du vent dans les voiles. Et tant pis si ça tangue, tout le monde sur le pont et droit devant!

Bon, d'accord: c'est peut-être un peu optimiste, tout ça. Sans doute l'euphorie du nouvel an. Mais avouez que ça peut être tentant, la levée des brumes méphitiques et la fin des idées noires. Changer d'air, oublier les rabat-joie et les briseurs de désirs. Se lever le matin avec l'envie de voir du pays, retrouver l'appétit et se lancer à l'aventure...

Les prédicateurs de malheurs ont un avantage sur les explorateurs et les conquérants: bien au chaud dans leur boutique, ils trouvent toujours des oreilles paresseuses pour entendre leur petite musique. Notre époque a besoin d'inventeurs, d'escaladeurs et de franchisseurs. Pas de gagne-petit, de cache-misère et de bas de plafond. Alors maintenant, soyons nous-mêmes, larguons les amarres!

Jérôme GLAIZE

Commentaires (2)

Oh !
Moïsette dim, 06/01/2013 - 09:08

Comme je suis d'accord avec ce texte.
Mais, je l'ai souvent dit ici , les Français sont des râleurs, nous ne les changerons pas.
Bonne année à tout le monde

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.