Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Édito L’intérêt de mouiller le maillot

0 01.09.2012 18:53

Il n’y aura donc pas de Coupe du Monde de rugby des moins de 20 ans en juin prochain au MMArena. Pas d’équipes venues des plus grandes nations du ballon ovale, pas de public avide de vibrer en découvrant la future élite mondiale des piliers et des demis de mêlée, pas de grande fête populaire dans ce stade manceau qui n’aura finalement pas servi à grand-chose d’autre, depuis son inauguration, qu’à sonner creux faute de spectacles et de spectateurs.

Ainsi en ont voulu quelques tristes sires qui n’ont même pas jugé bon de mouiller le maillot pour mériter le privilège d’accueillir un tel événement. Peut-être n’ont-ils pas estimé nécessaire de se battre pour trouver ensemble une solution au pitoyable problème de calendrier sportif aujourd’hui invoqué pour justifier cette pantalonnade. Cet abandon en rase campagne, quasi-clandestin, aurait d’ailleurs pu rester au fond d’un tiroir si la presse, une fois de plus, n’avait pas mis les pieds dans le plat.

Car c’est bien là le comble du cynisme et du je-m’en-foutisme : le télescopage du calendrier de la Formule 1 et des 24 Heures du Mans, qui sert aujourd’hui de prétexte à ce transfert surprise du Mondial de rugby à Vannes, était en réalité connu des principaux responsables (si l’on peut dire) dès la fin juillet. Autrement dit au moment même où battait son plein le feuilleton estival de la menace de descente forcée du Mans FC en National pour cause de finances insuffisantes.

Sans doute faut-il rappeler, pour ceux qui n’auraient pas suivi, que ce psychodrame n’avait rien d’anodin puisqu’il s’agissait en même temps de l’avenir d’un stade qui n’aurait plus été, en cas de rétrogradation du club, qu’une pathétique et coûteuse coquille vide. Eh bien figurez-vous que c’est ce moment précis que les fameux responsables, ceux qui bottent aujourd’hui glorieusement en touche, ont choisi pour rester les bras croisés et laisser s’évaporer une si belle occasion de redonner une utilité, même temporaire, à ce stade qu’on va croire maudit.

Jérôme GLAIZE

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.