Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Édito L’été sarthois de François Fillon

0 25.08.2012 18:55

On le croyait parti pour Paris. Le voici qui joue les prolongations en Sarthe. François Fillon se souviendra sans doute longtemps de cet été 2012. D’abord parce que le récent décès de sa mère, aimée et respectée, tourne définitivement, pour lui-même et ses proches, une page couverte de souvenirs heureux. Ensuite parce que son accident de scooter à Capri lui vaut non seulement une convalescence forcée mais aussi une polémique sur ses vacances dorées chez le patron de Ferrari. Sans doute se serait-il bien passé de tout cela.

François Fillon, avec ses airs imperturbables, ne se laisse pourtant pas abattre. Le plan d’attaque qu’il a mis en œuvre cet été en témoigne. D’abord occuper le terrain, méthodiquement, en commençant par de grandes interviews thématiques qui posent les jalons de son programme en vue de l’élection du prochain président de l’UMP, puis de celle de président tout court, en 2017. Et puis demain, le jour même où son principal rival, Jean-François Copé, va déclarer sa propre candidature, il fêtera sa rentrée politique « en famille », devant « ses » militants sarthois.

Dire que François Fillon est encore l’enfant du pays, ce n’est pourtant plus tout à fait vrai. Certes, c’est à ce département qu’il doit l’essentiel de sa carrière politique. Mais son départ pour la capitale, à l’occasion des législatives, a été perçu par beaucoup de ses supporters et de ses électeurs comme un abandon, voire une désertion. Et la fierté d’avoir contribué à lui forger un destin a vite fait place à une forme de dépit, voire de rancœur, qui s’exprime encore à mots couverts mais souvent bien sentis.

Pouvait-il vraiment en être autrement ? Même s’il sait rester fidèle à ses racines, François Fillon a besoin de voir les choses en grand. On l’imaginait mal revenir présider le Conseil général ou tenter de reconquérir la Région. Mais ses adieux à la Sarthe semblent ne jamais devoir se terminer. Cette page-là aussi, pourtant, est bel et bien tournée.

Jérôme GLAIZE

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.