Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Édito 24 Heures : une nouvelle ère

0 15.06.2015 11:38

Difficile d’imaginer, après cette édition historique des 24 Heures du Mans, que cette épreuve unique au monde a bien failli disparaître. Ceux qui ont connu cette époque cauchemardesque, au début des années 1990, peuvent aujourd’hui savourer l’extraordinaire renaissance d’un mythe planétaire. Il a été sauvé, en premier lieu, par l’acharnement de passionnés du sport automobile, mais aussi (faut-il le rappeler ?) grâce à l’intervention providentielle des collectivités publiques, et donc du contribuable.

Quoi qu’il en soit, tous les ingrédients étaient réunis pour faire de cette édition 2015 celle de la renaissance des 24 Heures. À commencer par la confirmation du retour des constructeurs qui, les uns après les autres, renouent avec l’endurance après n’avoir eu d’yeux que pour la F1, aujourd’hui en perte de vitesse. Le doublé de Porsche ne relance pas seulement l’intérêt sportif de l’épreuve en remettant en cause la suprématie d’Audi. Il souligne aussi à quel point les plus grandes marques automobiles sont capables de s’investir pour bénéficier d’une telle vitrine, synonyme d’innovation technologique et de performance sportive.

Mais que va-t-il se passer maintenant ? Car la nouvelle ère dans laquelle sont entrées les 24 Heures du Mans ne peut pas seulement se décrire à grands coups de commentaires dithyrambiques. Qui dit audience en plein essor (dont témoigne le retour des médias de masse) et retombées sonnantes et trébuchantes, dit aussi fumet délicat aux narines des plus féroces carnassiers. Et les récents scandales qui ont frappé l’univers du football viennent rappeler à quel point le nerf de la guerre peut aussi provoquer de vraies défaites morales.

Il ne faudrait donc pas que cette renaissance de l’endurance, qui aiguise de nouveau des appétits voraces, se fasse au détriment de tous ceux qui ont permis ce miracle, par passion ou par devoir. Les dindons de la farce, sinon, risquent bien de finir à la casserole.

Jérôme GLAIZE

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.