Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Cyclisme Tour de France - Nicolas Edet : "Me glisser dans la bonne échappée"

0 22.07.2015 12:23
France's Nicolas Edet, injured, waits with others cyclists as the race is neutralised after a big crash at the head of the pack during the 159.5 km third stage of the 102nd edition of the Tour de France cycling race on July 6, 2015, between the belgian cities of Antwerp and Huy.  AFP PHOTO / JEFF PACHOUD

France's Nicolas Edet, injured, waits with others cyclists as the race is neutralised after a big crash at the head of the pack during the 159.5 km third stage of the 102nd edition of the Tour de France cycling race on July 6, 2015, between the belgian cities of Antwerp and Huy. AFP PHOTO / JEFF PACHOUD

Photo AFP

La journée de repos sur les hauteurs de Gap, mardi, a été appréciée par les coureurs, notamment par le Sarthois Nicolas Edet. C’est que les prochains jours dans les Alpes du Nord sont copieux, pour ne pas dire indigestes. 

Pris dans l’énorme chute qui avait marqué la 3e étape du Tour de France, le Fertois s’était relevé avec de multiples brûlures sur le côté gauche et une contusion thoracique. Bien évidemment, les jours suivants ont été très difficiles. « Mon niveau physique a été sérieusement amputé durant la première semaine. Aujourd’hui, les blessures directes sont passées », rassure-t-il.

« La réussite n’est pas là »

Secoué par cette cabriole, Nicolas Edet (Cofidis) traversa les Pyrénées lors de la deuxième semaine - la montagne est pourtant son terrain de prédilection - sans parvenir à se démarquer. « J’ai pourtant essayé de me montrer après la journée de repos, mais la réussite n’était pas là. » 

A ce niveau de compétition, il n’y a pas de secret. Lorsqu’un grain de sable vient enrayer la belle mécanique, le feeling est souvent aux abonnés absents. « Ce que j’espère, c’est pouvoir me glisser dans la bonne échappée. Les quatre prochaines journées sont vraiment de très belles étapes de montagne. »

Conscient qu’il lui faut sortir de l’anonymat, avant la remontée des Champs-Élysées, le Sarthois qui a passé la journée de repos en famille, n’attend plus qu’un petit coup de pouce du destin pour se retrouver sur le devant de la scène.

« Ces derniers jours, dès lors que je n’avais pas attrapé le bon wagon, j’ai préféré laisser filer. Il ne servait à rien de griller des cartouches, alors que les fortes chaleurs entamaient pas mal les organismes. »

Ch. CH.

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.