Assises L’accusée continue de nier malgré les expertises

1 13.02.2014 10:37

« Je confirme ma version : je n’ai jamais secoué Rodolphe », assure la nourrice.

Photo "Le Maine Libre"

Jugée devant la cour d’assises de la Sarthe depuis mercredi, Emilie S., ancienne nourrice accusée d’avoir causé la mort d’un enfant en le secouant, a de nouveau nié ces accusations ce jeudi. Et ce, alors que les conclusions des experts ont confirmé que le petit Rodolphe était décédé des suites du syndrome du bébé secoué.

Intervenant par visioconférence, les Dr Catherine Adamsbaum et Caroline Rey-Salmon ont détaillé des « lésions extrêmement violentes, non-accidentelles et pas compatibles avec des actes de la vie courante ».

Invités à s’exprimer sur les justifications apportées par l’accusée, les experts ont jugé ces explications « pas compatibles » avec les lésions observées chez le petit Rodolphe, décédé le 13 juillet 2010 après une longue agonie.

Suspectée d’avoir secoué l’enfant, le 27 octobre 2009 à Terrehault, Emilie S., aujourd’hui âgée de 26 ans, affirme ne pas avoir secoué l’enfant, évoquant seulement « des gestes brusques » pour ramener l’enfant vers elle alors que celui-ci avait basculé en arrière sur la table à langer.

Invitée à réagir aux conclusions des experts, l’accusée a maintenu ses déclarations. « Je confirme ma version : je n’ai jamais secoué Rodolphe », a-t-elle déclaré, reconnaissant seulement des « gestes maladroits ».

Suite et fin du procès ce jeudi avec les réquisitions et plaidoiries. Verdict attendu en fin de journée.

 

Commentaires (1)

les expertises?
logjeuhan jeu, 13/02/2014 - 15:05

Elles sont là pour eclairer la justice ,et ne doivent en aucun cas s'y substituer. Dans ces drames où l'enfant n'a pas d'anteriorité medicale ,l'expertise reste succinte meme si elle s'exprime en de multiples pages.

Mauricette

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.