Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Assises "Je n'ai pas voulu tuer mon frère, c'était un accident"

0 14.10.2013 08:29
Le corps a été découvert par des amis de la victime le 7 avril, deux jours après son décès, à l’arrière de sa maison.

Le corps a été découvert par des amis de la victime le 7 avril, deux jours après son décès, à l’arrière de sa maison.

Photo archives "Le Maine Libre"

La session débute ce lundi pour deux semaines. Trois affaires de viols seront étudiées, ainsi qu’un homicide commis en avril 2010 à Gréez-sur-Roc. L’accusé et son avocat vont plaider l’acquittement.

Rappel des faits. Le 7 avril 2010, des amis de Serge Corrège, inquiets de ne pas avoir de ses nouvelles, faisaient la macabre découverte dans un chemin à l’arrière de sa maison à Gréez-sur-Roc. Rapidement, après des auditions des amis de la victime comme d’autres personnes du village du Nord-Sarthe, il ressort que Serge Corrège devait déjeuner avec son frère l’avant-veille, donc le 5 avril.

Au domicile de Marcel Corrège, dans l’Orne, le 9 avril, les gendarmes ont saisi plusieurs armes, détenues légalement, dont un Python 357 Magnum, qui s’avérera, plus tard, être l’arme utilisée. Mais entre-temps, Marcel Corrège affirmait aux enquêteurs se demander qui avait pu tuer son frère.

Interpellé le 13 avril, Marcel Corrège finira, durant sa garde à vue, par avouer avoir rendu visite à son frère le 5 avril et avoir réalisé, à la demande du frère, une séance de tir improvisée. L’accusé explique que le coup mortel est parti accidentellement, après avoir trébuché.

Avant le procès, "Le Maine Libre" l'a rencontré, ainsi que son avocat Me Pascal Rouiller :

« Le Maine Libre » : Dans quel état d’esprit êtes-vous à quelques jours du procès ?

Marcel Corrège : J’aborde le procès la peur au ventre. J’ai déjà fait neuf mois de prison. Je l’ai mal vécu. Je ne veux pas y retourner. Cette histoire, c’est un cauchemar de tous les jours. Mon frère, j’y pense tout le temps. Pendant trois jours, toute ma vie va être mise au jour. Mais je n’ai rien à cacher.

Vous et votre avocat plaiderez l’acquittement ?

Me Pascal Rouiller : Nous allons plaider l’acquittement pour le meurtre. Techniquement, l’acte accidentel est clair. A-t-il donné la mort volontairement ? Non. A-t-il accidentellement donné la mort ? Oui. Nous demanderons une requalification des faits en homicide involontaire.

Marcel Corrège : J’ai fait une erreur, c’est d’accepter la séance de tir. J’ai aussi commis une imprudence dans la manipulation de l’arme alors que mon frère était devant. J’ai glissé, la première réaction que j’ai eue était de serrer ce que j’avais dans la main...

Retrouvez l'intégralité de cette interview ainsi que les arguments des parties civiles dans "Le Maine Libre" de ce lundi 14 octobre.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.