Meurtre de la jeune joggeuse: aucune piste privilégiée

0 21.11.2011 14:16

Crime de rôdeur, d'un familier, d'un chasseur: aucune piste n'était privilégiée mercredi après la découverte dans une zone escarpée de Tournon-sur-Rhône, d'un corps en partie calciné, vraisemblablement celui de la jeune joggeuse disparue en Ardèche."C'est trop tôt pour le dire et les enquêteurs s'orientent vers toutes les pistes", a déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Emmanuel Josse, du groupement de gendarmerie de l'Ardèche."Mais nous avons de fortes présomptions sur le fait qu'elle n'a pas été tuée accidentellement", a-t-il ajouté, rappelant que le ou les meurtriers avaient pris la peine de brûler le corps pour le faire disparaître.Le corps "en grande partie calciné" et "non identifiable en l'état" avait été découvert mardi vers 17H45 à proximité d'autres objets retrouvés un peu plus tôt et appartenant à la jeune lycéenne, avait déclaré dans la soirée le procureur de la République, Christophe Raffin lors d'une deuxième conférence de presse. Bien qu'il soit "en l'état" impossible de déterminer s'il s'agit d'un homme ou d'une femme, le magistrat avait jugé "infime" la probabilité que ce ne soit pas la jeune joggeuse.Mercredi en fin de matinée, des hommes ont été hélitreuillés à l'endroit où le corps a été retrouvé et tous les accès routiers à la colline ont été bloqués par des gendarmes, a constaté un journaliste de l'AFP.Le corps devait ensuite être transporté vers un institut médico-légal, selon les gendarmes.Des comparaisons ADN seront faites "le plus tôt possible" pour confirmer qu'il s'agit bien de la jeune fille et les résultats seront connus "d'ici quelques jours", selon le procureur.Mardi soir, les opérations d'extraction avaient été interrompues par un orage qui s'était abattu en début de soirée sur la région. La zone avait été complètement "verrouillée" pour protéger les indices."Nous allons continuer à ratisser cette zone à la recherche d'autres indices", a indiqué le le colonel Josse. Les enquêteurs sont notamment à la recherche de "traces d'hydrocarbures", utilisés par le meurtrier pour détruire le corps.Ce dernier avait pris soin d'enfouir le cadavre dans un trou, creusé par des chasseurs pour enterrer les viscères du gros gibier, et de le dissimuler sous des branchages.Un scénario qui ne pouvait être suivi que par un familier des lieux, étant donné "la très grande difficulté d'accès, tant par le haut que le bas" de cet endroit très accidenté, selon le procureur."Il faut être costaud pour transporter un cadavre sur ce terrain", avait-il noté estimant que cela pouvait "être le fait de plusieurs personnes".C'est le témoignage d'un habitant de Tournon qui a mis les enquêteurs sur la voie. Cet homme avait aperçu une fumée suspecte, la nuit de la disparition de la jeune fille.En revenant sur les lieux mardi matin pour participer aux recherches, ce bénévole avait alors découvert le MP3 et les lunettes de la jeune joggeuse et alerté les gendarmes.Brillante élève de première ES, Marie-Jeanne devait passer son baccalauréat de français lundi."Une cellule d'écoutes" a été mise en place au lycée fréquenté par la jeune fille, selon le proviseur Patrick Chateaux."Je reçois les élèves, je les écoute, il faut extérioriser leur anxiété, la mienne aussi", a-t-il dit, visiblement ému. "Tout le monde reste digne. On vient tous de perdre un enfant, mais il ne faut surtout pas céder à la paranoïa".Les amis de la victime ont annoncé sur Facebook une "marche pour Marie-Jeanne", prévue samedi de 14H00 à 17H00 à Tournon-sur-Rhône.Des centaines d'utilisateurs du site ont par ailleurs laissé des messages de soutien à la famille sur une page Facebook dédiée à la "disparition de Marie-Jeanne Meyer".

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.